RMC

"Poutine, criminel de guerre depuis 20 ans": ce qu'il faut retenir de l'interview de Yannick Jadot

Yannick Jadot

Yannick Jadot - RMC

Yannick Jadot était sur RMC/BFMTV ce mardi matin. Le candidat écologiste a notamment affirmé que la France et l'Europe devaient décider d'un embargo total contre le gaz et le pétrole russes. Il estime que cela finance la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine.

Yannick Jadot, le candidat écologiste à la présidentielle, était face à Apolline de Malherbe ce mardi sur RMC et BFMTV. A cinq jours du premier tour de l'élection, il a détaillé une partie de son programme, notamment sur les questions de la santé et de l'énergie, en réaffirmant sa volonté d'investir massivement dans les énergies renouvelables.

L'embargo sur le gaz et le pétrole russe, seule solution

"Il y a des atrocités terribles. Et je pense être le seul candidat dans cette élection présidentielle qui a eu cette constance vis-à-vis de Vladimir Poutine. Ça fait 20 ans que Vladimir Poutine est un criminel de guerre. Ça fait 20 ans qu’il organise des massacres, des atrocités. Ça a d’abord été en Tchétchénie, puis ça a été en Syrie, c’est aujourd’hui en Ukraine. Et donc la seule mesure que les Européens doivent prendre pour que cesse ces atrocités, c’est l’embargo sur le gaz et le pétrole russes. Les Européens, tous les jours, malgré les atrocités, donnent 800 millions de dollars à Poutine. C’est cet argent qui est le carburant de la guerre en Ukraine".

Les Ehpad à but lucratif interdits s'il est élu

"Dans mon projet, j'interdirais toute nouvelle création d’Ehpad à but lucratif. Et on transformera progressivement ce qui existe en des systèmes publics ou mutualistes ou coopératifs, bref à but non-lucratif. On a un système qui a spéculé sur la perte d’autonomie. Au fond, gagner en construisant la perte de dignité de nos aînés est indécent. Et pourtant, ce système a longtemps été soutenu par les gouvernements précédents. Il faut se souvenir d’Emmanuel Macron promouvant le développement d’Orpea en Russie, en Chine. Moi, ce que je veux, c’est faire qu’il y ait un accompagnant pour un fonctionnaire dans les Ehpad, qu’on aide les personnes à rester à la maison".

Les énergies renouvelables plutôt que le nucléaire

"Aujourd’hui le problème, c’est qu’on a 26 réacteurs nucléaires à l’arrêt. On a la moitié de la production électro-nucléaire qui est à l’arrêt. Nous, les écologistes, on est toujours responsable de tout. Quand on alerte sur le dérèglement climatique, on dit ‘les écolos vous êtes catastrophistes’. Quand on propose d’isoler les logements pour anticiper, de déployer les énergies renouvelables, on nous dit ‘vous êtes des dogmatiques’. Et quand la catastrophe arrive, que le parc nucléaire ne fonctionne plus parce que la France est le seul pays européen à ne pas respecter ses objectifs en matière d’énergie renouvelable, on dit encore que c’est la faute des écolos. On ne peut pas avoir tous les défauts. On a un parc nucléaire vieillissant donc mettons le paquet sur la réduction de nos consommations, c’est bon pour le pouvoir d’achat, pour la santé des ménages. Et on déploie les énergies renouvelables. Le rapport du GIEC d’hier dit que les énergies renouvelables sont quatre fois plus efficaces pour lutter que le dérèglement climatique que le nucléaire".

L'absence d'entente à gauche

“Moi, il y a un an, j’ai réuni tout le monde autour de la table pour construire un projet commun. Ni Jean-Luc Mélenchon, ni Anne Hidalgo n’ont souhaité faire ce travail en commun. Après, sur les questions internationales, on n'a pas la même vision que Jean-Luc Mélenchon, qui nous fait des discours pour masquer ses arrangements, y compris avec les crimes de guerre perpétrés par Vladimir Poutine depuis des années. Sur l’Europe, aussi, on a deux projets qui sont complètement différents. Au fond, le projet de Jean-Luc Mélenchon, c’est qu’il n’y ait quasiment plus d’Union européenne. Mais je ne suis pas plus du côté d’Emmanuel Macron. Je suis écologiste et il nous emmène vers le chaos climatique donc il faut voter écologiste dimanche."

Guillaume Descours