RMC

Présidentielle: après le débat, Marine Le Pen tacle un Macron "très méprisant" et "très arrogant"

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a taclé Emmanuel Macron, son adversaire du débat de mercredi, évoquant un président-candidat "méprisant" et "arrogant". À l'issue du débat, les cadres du RN ont en chœur déploré l'arrogance du chef de l'Etat.

Marine Le Pen, a fustigé jeudi l'attitude d'Emmanuel Macron le jugeant "très méprisant, très arrogant", lors du débat de l'entre-deux-tours de mercredi soir. "J'ai eu face à moi un Emmanuel Macron égal à lui-même, très méprisant, très arrogant, y compris dans sa posture", a-t-elle lancé.

"Ça n'a étonné je crois aucun Français qui eux-mêmes subissent cette arrogance et ce mépris depuis cinq ans", a assuré la candidate du Rassemblement national lors d'un point-presse organisé à Roye (Somme) en marge d'une rencontre avec des transporteurs routiers.

L'"arrogance" d'Emmanuel Macron dans toutes les bouches des cadres du RN

Post-débat dans les rangs du Rassemblement national, on pointait du doigt l'arrogance et la condescendance du président-candidat à l'occasion du débat d'entre-deux-tours: "On a vu un président avec une attitude arrogante et méprisante", a assuré sur RMC Julien Odoul, le porte-parole du parti d'extrême-droite.

"Comme beaucoup de Français, j'ai été très surpris par l'attitude d'Emmanuel Macron, une attitude que j'ai trouvée arrogante et méprisante, avachi au fond de son fauteuil", avait également taclé un peu plus tôt sur RMC Jordan Bardella, le président du Rassemblement national

"Outrances" et "fake news"

Depuis Roye ce jeudi, Marine Le Pen a en outre critiqué les "outrances" et "fake news" propagées par le camp Macron à son égard: Le choix des équipes du candidat et "par Emmanuel Macron, lui-même" a été d'avoir un second tour "extrêmement violent, extrêmement brutal, multipliant les mensonges, les fake news", a-t-elle déploré.

"Quand j'entends les gens d'En Marche parler de mon projet, je ne le reconnais pas", a complété la candidate d'extrême droite sans préciser quelles mesures de son programme étaient visées. Marine Le Pen a également affirmé avoir "toutes les chances de gagner" à l'issue de ce débat et à trois jours du second tour de l'élection présidentielle.

G.D. avec AFP