RMC

Présidentielle: François Hollande "conseille" Anne Hidalgo... qui omet de le citer

INDISCRETION RMC - "Le Journal du Off",  tous les matins 5h36 sur RMC: infos, coulisses, indiscrétions avec le service politique, pour tout savoir, tout comprendre à quelques mois de la présidentielle.

Anne Hidalgo vient d'officialiser (enfin) sa candidature à la présidentielle. Et la maire de Paris, désormais candidate, peut compter sur un illustre conseiller. C'est le off du jour. 

Cet illustre conseiller, c'est François Hollande. Lui et Anne Hidalgo se voit régulièrement, dernière rencontre en date il y a quelques jours à l'Hôtel de Ville de Paris. L'ancien Président de la République, "content qu'une personnalité sociale-démocrate" se lance dans la course, compte peser dans la campagne et veut conseiller la néo-candidate selon un de ces proches. 

"Il lui a toujours dit de s’affirmer en tant que socialiste", glisse ce membre de l'entourage de François Hollande. "Pour être la force dominante, il faut créer le débat, entrer dans la confrontation. Un peu comme elle l’a fait avec les Verts au moment de l'assassinat de Samuel Paty", ajoute-il. 

Des rencontres, des conseils en privé... Mais en public, Anne Hidalgo est beaucoup plus discrète concernant François Hollande.

Dimanche, à Rouen, lors de sa déclaration de candidature, comme à Blois pendant les universités d'été, la maire de Paris a cité le général de Gaulle, Léon Blum, François Mitterand... mais jamais François Hollande. En plus de se délester des habits de maire de Paris, on le voit, Anne Hidalgo tente aussi de se détacher de la dernière présidence socialiste. 

Décidément, François Hollande, mal-aimé à gauche. Fabien Roussel, lui, tance l'ancien président. 

"Je suis traumatisé par cette gauche qui a tourné le dos à ses engagements" lance le candidat communiste. Depuis la Fête de l'Huma, organisée ce week-end à La Courneuve, Fabien Roussel en rajoute une couche: "Je ne veux surtout pas vivre un nouveau quinquennat Hollande".

Avant de conclure: "On en a marre des menteurs et des truands qui disent vouloir réindustrialiser, et qui dans la foulée laissent des usines fermer et valident des délocalisations". François Hollande et les socialistes apprécieront. 

Un week-end politique très chargé: candidature d'Anne Hidalgo, fête de l'Huma... Marine Le Pen était elle aussi sur le pont à Fréjus pour sa rentrée politique. Mais l'ambiance est loin d'être au beau fixe. 

On est loin, très loin de la dynamique de 2016-2017. Et plusieurs lieutenants du RN sont déjà très pessimistes. "Tout est perdu" se désespère un cadre du parti. A l'entendre la veillée d'armes ressemble plutôt à une veillée funèbre. "Personne ne se dit qu'on va gagner, on a un problème d'incarnation, il y a de l'usure et de la lassitude" siffle ce pilier du RN. 

"On pense déjà à l'après, à la succession" conclut-il. Et cette succession ce pourrait bien être Jordan Bardella, qui vient d'être nommé président du parti le temps de la campagne. 

Dimanche soir, un ancien Premier Ministre a fait sa rentrée politique, pour apporter son soutien à Emmanuel Macron.

Edouard Philippe était l'invité de TF1: il a confirmé qu'il soutiendrait le Président de la République pour 2022. 

Et quand on lui demande s'il était déçu ou soulagé de quitter Matignon l'an dernier, celui qui est boxeur sur son temps libre a parfaitement esquivé: "Je n'étais pas déçu de quitter Matignon. Est-ce-que j'ai éprouvé du soulagement? Peut-être. Est-ce-que j'aurais aimé continuer? Peut-être aussi". Une vraie réponse de normand de la part du maire du Havre. 

Et c'est d'ailleurs depuis le Havre qu'Edouard Philippe lancera son mouvement politique le mois prochain, pour participer il espère à la prochaine majorité en 2022. 

Et enfin, le chiffre de la nuit: les inscriptions pour voter à la primaire écologiste se sont terminées dimanche soir 23h59. 

Et les premiers retours montrent un succès inespéré: plusieurs cadres affirment que la barre des 110.000 inscrits a été dépassée.

Alors que les dirigeants EELV espéraient entre 80 et 100.000 votants. Les chiffres définitifs sont attendus d'ici la fin de matinée. Le premier tour est dans quelques jours, à partir de jeudi, jusqu'à dimanche, et tout se passe en ligne. 

Le service politique de RMC