RMC

Présidentielle: pas de politique au Grand Rex qui annule la venue d'Eric Zemmour

INDISCRETION RMC - "Le Journal du Off",  tous les matins 5h36 sur RMC: infos, coulisses, indiscrétions avec le service politique, pour tout savoir, tout comprendre à quelques mois de la présidentielle.

C'est une information que RMC vous révèle: Éric Zemmour est persona non grata au Grand Rex. 

Le polémiste, possible candidat à la présidentielle, doit débattre avec Michel Onfray le 4 octobre prochain dans cette fameuse salle parisienne. Une "rencontre-conférence", notamment sur la sécurité et l'immigration annonce-t-on.

Et pour accueillir la rencontre, les organisateurs avaient reçu une première réponse positive de le célèbre monument des Grands Boulevards parisiens.

Mais quelques jours plus tard, retournement de situation. "On a reçu un mail pour nous expliquer que le Grand Rex déclinait" raconte un proche de Michel Onfray. Et c'est clairement la venue d'Éric Zemmour qui pose problème.

Dans un mail que nous avons pu consulter, les dirigeants de la salle disent être prêts à recevoir Michel Onfray en tant que philosophe, mais pas Éric Zemmour comme potentiel candidat à la présidentielle. Nous avons contacté la direction du Grand Rex, qui explique qu’elle refuse systématiquement les débats politiques. En tout cas, après ce refus, les deux débatteurs se sont tournés vers le Palais des Congrès, qui a accepté de les accueillir.

Une conférence qui s'annonce lucrative...

Prix d'entrée pour les intéressés: entre 24 et 44€, avec 4.000 places disponibles. Les bénéfices reviendront à la revue fondée par Michel Onfray, Front Populaire, qui organise l'événement. Et les organisateurs le jurent : aucun cachet ni pour Michel Onfray ni pour Éric Zemmour. 

Autre débat qui pourrait faire grand bruit, et qui concerne là encore Éric Zemmour.

Une possible affiche Éric Zemmour face à Jean-Luc Mélenchon. Lorsqu'on propose ce débat au chef de file de la France Insoumise, il répond "Pourquoi pas". Accord de principe aussi du côté du polémiste. 

Reste à décider de la date et du lieu. Et vu le succès d'audience attendu, plusieurs chaînes de télévision se disputent déjà l'organisation et la diffusion du duel. Pour l'instant rien n'est acté.

On passe à la primaire des Verts. Les exclus du vote digèrent mal d'avoir été retirés des listes.

RMC vous en parlait mardi: c'est l'heure de la chasse aux "trolls" chez les Verts. Et la pilule passe mal pour ceux qui ne pourront pas voter. Les deux principaux intéressés, Sébastien Chenu et Damien Rieu, dénoncent un flicage organisé et le sectarisme des "Khmers verts". 

Les deux membres du RN en sont persuadés, certains de leurs partisans ont réussi à échapper à la censure des Verts et restent inscrits à la primaire. "Cette décision ne m'empêchera pas de voter" lance Damien Rieu, un peu bravache. Sébastien Chenu, le porte-parole du RN, exige, lui, qu'on lui rembourse les 2€ d'inscription. 

Alors on a contacté la direction d'EELV pour connaître la démarche à suivre. Sébastien Chenu doit contacter par mail l'organisation de la primaire pour faire une demande, qui sera examinée. Pas sûr donc que Sébastien Chenu revoit ses 2€. Le député RN peut se consoler, sa campagne pour déstabiliser la primaire écolo a plutôt fonctionné au moins sur le plan médiatique.

On termine avec un ministre sur la sellette. Alain Griset est déjà lâché par ses camarades du gouvernement.

Le ministre des PME étonnamment confiant, alors qu'il doit comparaitre devant un juge dans une semaine jour pour jour. "C’est bizarre, il n’est quand même pas très inquiet... ou alors il est inconscient", juge un membre du gouvernement.

L’ancien artisan taxi, jugé en correctionnelle, est poursuivi pour "déclaration incomplète ou mensongère de son patrimoine": il est accusé d’avoir encaissé et dissimulé 171.000 euros sur son compte personnel. 

"C’est juste intenable", estime un de ses collègues. "On a déjà Eric Dupond-Moretti mis en examen, bientôt Véran... Mais un ministre condamné, ce n'est pas possible". Et ça passerait mal surtout à quelques mois de la présidentielle. 

Le service politique de RMC