RMC

Réforme des retraites: Manuel Bompard (LFI) fustige une réforme “brutale” et “injuste”

Manuel Bompard, député La France Insoumise des Bouches du-Rhône, était l’invité de la Matinale WeekEnd sur RMC. L’occasion de réagir aux “efforts” demandés par Emmanuel Macron sur l’âge de départ à la retraite, mais aussi sur la question de la sobriété énergétique.

La réforme des retraites, ou autrement dit l'un des sujets qui cristallisent le plus de tensions politiques ces derniers jours. A l’instar de Manuel Bompard, député (LFI) des Bouches-du-Rhône, qui était invité à réagir aux “efforts” demandés par Emmanuel Macron sur l’âge de départ à la retraite, dans un entretien accordé au journal Le Parisien.

“Il n’y a aucune nécessité économique d’une réforme des retraites aujourd’hui”, a affirmé Manuel Bompard au micro de Matthieu Rouault. “80% des Françaises et des Français y sont opposés, l'ensemble des organisations syndicales de salariés ont dit leur opposition au report de l’âge légal de départ à la retraite… Je ne comprends pas l’entêtement du gouvernement à vouloir la retraite à 65 ans”, a pesté Manuel Bompard sur RMC.

Le député n’a d’ailleurs pas retenu ses mots pour tancer l’objectif du Président de la République . Qualifiant la réforme de “brutale”, “injuste”, Manuel Bompard estime que le recul de l’âge légal de départ à la retraite touchera notamment les Français les plus pauvres.

“Un quart des plus pauvres sont déjà morts à 62 ans dans notre pays, et vous allez demander à ces gens de travailler jusqu’à 65 ans. Je trouve ça absurde, brutal et totalement inhumain”, a lancé Manuel Bompard.

Bataille de chiffres sur le rapport du COR

Pour appuyer son propos, Manuel Bompard s’appuie aussi sur le dernier rapport du conseil d’orientation des retraites (COR). Ce document révèle que le système actuel des retraites est bénéficiaire, avec un excédent de 3,2 milliards d’euros pour 2021/2022.

Toutefois, ce rapport précise aussi que d’ici 2032, la situation financière du système devrait se dégrader avec un déficit compris entre -0,5 et 0,8 point du PIB français. En réponse, le député insoumis explique que “la suite de ce rapport dit que les années suivantes, à partir de 2040, le système retrouverait un excédent”.

S’il admet qu’il y a “effectivement des réformes qui sont en cours sur la durée de cotisation”, à l’image de la réforme Touraine à laquelle il dit être “opposé”, Manuel Bompard rappelle qu’il reste encore attaché au projet de retour à la retraite à 60 ans. Il estime qu’il est “tout à fait possible de financer une telle réforme par l’augmentation du nombre de personnes de retour à l’emploi et l'augmentation des salaires, notamment en mettant les salaires des femmes au niveau de celui des hommes, qui permettra de générer un surplus de cotisation”.

Manuel Bompard assure enfin que son groupe tentera de faire le travail parlementaire jusqu’au bout, mais rappelle aussi que s’il n’y a “pas également une mobilisation populaire dans la rue, on sait très bien qu’à la fin on n’arrivera pas à s’opposer à ce projet de réforme des retraites”.

En ce sens, Manuel Bompard annonce que La France Insoumise apporte son soutien à la journée de mobilisation organisée à Paris le samedi 21 janvier par les organisations syndicales de la jeunesse.

Bompard fustige le nucléaire français

L’occasion était aussi donnée à Manuel Bompard de réagir aux précautions prises par le gouvernement, depuis plusieurs jours maintenant, sur la possibilité de coupures d’électricité dans certaines localités pour soulager la tension sur le réseau électrique français.

Le député estime que “le problème central, c’est que vous avez aujourd’hui plus de la moitié des réacteurs nucléaires qui sont à l’arrêt pour plein de raisons, des raisons de maintenance en particulier”.

Dans le même temps, “les investissements n’ont pas été faits dans le développement des énergies alternatives, (...) la France est le pays européen le plus à la traîne dans le développement des énergies renouvelables” critique-t-il.

“Ces politiques là qui permettent de mieux isoler les logements pour que l’on consomme moins, que les factures d’énergie soient plus faibles, sur tout ça on n’est pas à la hauteur de la situation. Et on a un gouvernement qui est dans
l’incapacité de planifier, de prévoir, et à chaque fois on arrive au pied du mur”

Dans un entretien diffusé en partie sur TF1 samedi 3 décembre, Emmanuel Macron avait tenté d'apaiser les peurs concernant les éventuelles coupures de courant cet hiver. "Pas de panique, ça ne sert à rien et ce n’est pas vrai", a assuré le Président de la République.

Alexis Lalemant