RMC

Régionales: "On gagnera parce que les gens ne sont plus dupes", estime une militante FN

Les militants frontistes sont persuadés que le FN va remporter au moins une région

Les militants frontistes sont persuadés que le FN va remporter au moins une région - AFP

REPORTAGE - Marine Le Pen a appelé jeudi soir les Français, lors d'un meeting national à Paris, à ne "pas avoir peur" en choisissant son parti pour le second tour des régionales, lors duquel le FN espère conquérir ses premières régions. En difficultés dans les sondages, les militants frontistes demeurent malgré tout optimistes.

Le Front national a organisé son dernier grand meeting national ce jeudi soir à Paris. Un FN bien moins sûr de ses victoires à 48 heures du second tour des élections régionales. En effet, les dernières enquêtes d'opinion donnent Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen perdantes dans leur région respective. "N'ayez pas peur", a lancé à la tribune la présidente du parti dans un discours d'une demi-heure. "Même si rien n'est acquis" pour Marine Le Pen, "le mouvement de basculement est enclenché".

Debout pour acclamer leur présidente, les militants FN semblent suivre les consignes de Marine Le Pen: ne pas se laisser abuser par les sondages et croire en la victoire. "On gagnera. Il y aura des régions de gagnées, c'est sûr, se persuade Lise. Parce que les gens ne sont plus dupes aujourd'hui. Ça suffit !" Et son amie Marie de lui emboîter le pas: "J'espère qu'ils vont se réveiller et qu'ils vont dire, stop ! On arrête là, on veut autre chose. On veut voir autre chose."

"On leur fait peur"

Une victoire d'autant plus possible que le FN saura mobiliser plus encore qu'au premier tour comme veut le croire Pierre, adhérent frontiste depuis ses 18 ans. "Je pense qu'on a de très bonnes candidates dans le Nord et en Paca, avec une véritable dynamique derrière elles. Je crois qu'on va réussir à mobiliser une bonne part des abstentionnistes qui se sentent proches du Front national et qui ne se sont pas déplacés dimanche", déclare-t-il.

Et d'ajouter: "Je crois très peu au barrage républicain que je trouve plutôt être un braquage républicain. En effet, je vois très mal l'électorat de gauche se porter massivement vers les candidats de droite". Et si jamais le Front National ne remporte aucune région, ce sera de la faute des autres, les socialistes et les Républicains, estiment Lise et Marie. "La droite et la gauche vont s'arranger pour que le FN n'arrive pas en tête, tout simplement. Et c'est toujours la même chose, croit savoir la première. On leur fait peur."

"C'est vraiment du foutage de gueule"

"En 2002, c'était comme ça et cela a toujours été comme ça", poursuit-elle, remontée. "Ils se tapent sur la gueule toute la journée et en fin de compte que font-ils? Ils se mettent ensemble. C'est vraiment du foutage de gueule", ne décolère pas Marie. En difficulté dans les sondages, les candidats eux-mêmes semblent aujourd'hui revoir leurs objectifs à la baisse. Ainsi pour Nicolas Bay, tête de liste frontiste en Normandie, peu importe le nombre de régions qui basculeront, le FN a déjà gagné.

"Nous avons obtenu un excellent résultat au premier tour. Le parti connaît une croissance électorale continue. Nous avons encore augmenté nos résultats par rapport aux dernières élections départementales, c'est donc d'ores et déjà un grand succès, assure-t-il. Si nous arrivons, de surcroit, à gagner des régions dimanche, ce sera un succès encore plus important".

Maxime Ricard avec Jean-Baptise Durand