RMC

Une protection policière envisagée pour la députée EELV Sandrine Rousseau

La députée EELV Sandrine Rousseau le 3 octobre 2022 à l'Assemblée nationale à Paris.

La députée EELV Sandrine Rousseau le 3 octobre 2022 à l'Assemblée nationale à Paris. - Ludovic MARIN © 2019 AFP

La députée EELV Sandrine Rousseau a indiqué, ce mercredi, que la possibilité qu'elle bénéficie d'une protection policière faisait l'objet d'une évaluation par les autorités. Elle explique recevoir de nombreuses menaces par courrier et sur les réseaux sociaux, notamment à la suite de ses déclarations publiques.

La députée écologiste Sandrine Rousseau va-t-elle bénéficier d'une protection policière? Cette possibilité fait l'objet d'une évaluation par les autorités, a-t-elle indiqué, ce mercredi.

Une évaluation de la menace pesant sur la députée EELV a été lancée par l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), a précisé à l'AFP le ministère de l'Intérieur, confirmant une information du journal L'Opinion.

De son côté, la députée a déclaré avoir été contactée, mardi, par Gérald Darmanin qui lui a proposé que cette évaluation soit menée après avoir été informé des menaces qu'elle subissait. Il l'a l'invité à fournir toutes les pièces utiles, a dit Sandrine Rousseau.

Trois plaintes déposées par l'élue

La députée, dont les déclarations publiques déclenchent souvent de vifs débats, explique recevoir de nombreuses menaces, par courrier et sur les réseaux sociaux. "Et ça s'est renforcé ces derniers temps", a dit l'écologiste, qui a été récemment au coeur de l'actualité après avoir relayé des accusations de "violences psychologiques" formulées à l'encontre de son collègue Julien Bayou.

L'élue écologiste a affirmé avoir dépoté trois plaintes. L'une a abouti en juin sur la comparution d'un homme "qui m'avait menacée d'égorgement", a-t-elle dit.

À ce stade, elle n'est pas "demandeuse de la protection policière", mais elle voudrait "savoir quel est le risque" pour se prononcer si celle-ci devait lui être proposée.

AB avec AFP