RMC

Victoire de François Fillon: "Il faut convaincre les autres que son projet est celui qu'il faut pour la France"

Même si les résultats sont encore partiels, la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre est incontestable (66,5% des suffrages contre 33,5% pour Alain Juppé, sur 10.008 des 10.229 bureaux dépouillés). Mais, du côté des militants, après l'enthousiasme de la victoire, tout de suite se pose la question du rassemblement.

François Fillon est le champion de la droite. L'ancien Premier ministre a été désigné, ce dimanche, candidat de la droite pour la prochaine élection présidentielle. Sur 10.008 des 10.229 bureaux dépouillés, il recueillait 66,5% des suffrages contre 33,5% pour Alain Juppé. Mais, les résultats à peine proclamés, François Fillon monte à la tribune et endosse déjà le costume du candidat rassembleur: "J'aurai besoin de tout le monde. Je tends la main à tous ceux qui veulent servir notre pays".

Face à lui, des militants bien décidés à le prendre au mot. "Je pense qu'on est une grande famille politique. On va se serrer les coudes, faire l'union. On va être solidaires et aller vers la victoire. Il n'y a absolument rien à pardonner. Je suis sûre que l'on va gagner. Je n'ai aucun doute", s'enthousiasme l'une d'elle. Plus motivés que jamais par le score de leur champion, ces militants assurent être pour cette nouvelle campagne qui débute.

"Le plus dur est devant nous"

"Là, il faut y aller à fond, assure cette jeune femme. On ne quitte plus le terrain. On se repose ce soir et dès demain on recommence à travailler parce qu'il reste quand même une majorité de Français à convaincre. On a rassemblé le peuple de la droite et du centre maintenant il faut convaincre les autres que le projet de François Fillon est celui qu'il faut pour la France."

Bruno Retailleau, fidèle soutien de François Fillon, l'admet lui aussi: tout reste à faire. "Le plus dur est devant nous. Ce soir, bien sûr que nous hommes heureux, mais pas de triomphalisme puisqu'il s'agira de faire en sorte que l'on puisse clore définitivement ce quinquennat raté. Il faut convaincre les électeurs qui ont été déçus par ce quinquennat". L'objectif est donc clair: installer François Fillon à l'Elysée en 2017.

M.R avec Jean-Baptiste Durand et Pierre Gallaccio