RMC

Qui est Jean-François Ricard, le procureur national anti-terroriste?

Il sera en conférence de presse ce jour pour faire le point sur l'avancée de l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty. Il occupe un poste sensible et symbolique. Quel est son parcours ?

Vous l’avez peut-être regardé samedi, vous allez le voir de nouveau aujourd’hui en conférence de presse expliquer les avancées de l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty. Jean-François Ricard a 63 ans et c’est le premier procureur national anti-terroriste de France, puisque le parquet national antiterroriste a été créé l’an dernier. Il est composé de 26 magistrats qu’il doit donc diriger. Un poste sensible et évidemment symbolique. On peut donc dire qu’il incarne l’antiterrorisme en France. 

Le terrorisme, c’est un dossier qu’il suit depuis longtemps. Il a passé 12 ans à la section anti-terroriste du parquet de Paris. C’est lui qui a instruit le dossier de l’attentat du RER Saint-Michel en 1995, 8 morts, 150 blessés. Il a alors 39 ans.

Réputation de gros bosseur, toujours calme, et rassurant, discret. Jean-François Ricard ,comme on l’appelle, est «très compétent». Un avocat raconte qu’il est capable de citer des numéros de cote par cœur dans des dossiers de plusieurs tomes.

Cité dans l'affaire Wikileaks

Il a commencé sa carrière à Arras puis à Bobigny. C’est un fin connaisseur de l’islam radical. Il explique que “si on ne comprend pas un peu l’arabe et si on n’a pas lu le Coran, on ne comprend rien”, on imagine donc qu’il maîtrise l’arabe et le Coran.

Une ombre dans ce portrait du magistrat idéal: il est cité dans l’affaire Wikileaks. Les documents relatent une visite de Jean-François Ricard à l’ambassade américaine en 2003 pour évoquer l’enquête sur le recrutement en France des combattants islamistes en Irak. Au mépris du secret de l’instruction donc. Il ne s’est jamais exprimé sur ces informations.

Coté vie personnelle, on ne sait pas grand-chose, car il est très discret. C’est un fils de préfet, amateur d’art moderne, et d’escalade. Jean-François Ricard s’exprimera donc cet après-midi sur les avancées de l’enquête sur l’attentat de Conflans Sainte Honorine.

Bérengère Bocquillon