RMC

Réfugiés: la moitié des enfants migrants disparaissent une fois en Europe

Les enfants migrants ont été plus de 106.000 pendant les six premiers mois de 2015, selon l'Unicef.

Les enfants migrants ont été plus de 106.000 pendant les six premiers mois de 2015, selon l'Unicef. - AFP

Environ un quart des réfugiés et migrants qui arrivent en Europe cette année sont des enfants, selon l'Unicef. Pire, selon l'association Missing children Europe la moitié des enfants migrants qui posent un pied sur le sol européen "disparaissent dans la nature" dans les 48 heures.

La photo du petit Aylan a illustré le drame des réfugiés. Si une photo aura toujours plus de poids que les chiffres, ceux-ci sont tout de même frappants dès lors qu'il s'agit d'enfants. Environ un quart des personnes cherchant refuge en Europe cette année sont des enfants, selon les chiffres de l'Unicef. Les enfants migrants ont été plus de 106.000 pendant les six premiers mois de 2015, soit une augmentation de 75 % par rapport à l’année dernière.

"Plus de 2.000 enfants migrants ont 14 ans ou moins"

Et parmi ces enfants, plusieurs migrent… seuls. "Selon Eurostat, en 2014, on a eu 23.000 mineurs non accompagnés qui arrivent en Europe seul pour demander l'asile", explique ce mardi sur RMC Delphine Moralis, secrétaire générale de l’association Missing children Europe, une fédération européenne pour enfants disparus ou sexuellement exploités. "La majorité sont des adolescents, mais 2.240 de ces enfants avaient 14 ans ou moins. Soit ils ont été séparés de leurs parents durant le trajet, soit ils sont partis seuls parce qu'on leur a appris à nager ou parce qu'ils ont été emmenés par des trafiquants".

"Travaux forcés, prostitution"

Pire, selon l'association Missing children Europe (qui se base sur les chiffres de l’année 2013) la moitié des enfants migrants qui posent un pied sur le sol européen "disparaissent dans la nature" dans les 48 heures. "Ce qui est tragique c'est qu'une fois placés dans des centres, jusqu'à 50% des enfants disparaissent dans les premières 48h, poursuit Delphine Moralis. Il y a des enfants qui ont un plan de migration très clair, et qui se dirigent vers un pays précis pour retrouver de la famille" et donc ne déposent pas de demande d'asile. Mais d'autres sont victimes de trafics et disparaissent de ces centres pour de l'exploitation divers: travaux forcés, prostitution". Le problème, c'est que la recherche de ces enfants disparus n'est pas une priorité, dénonce Delphine Moralis.

"Il faut un traitement particulier pour les enfants"

Pour Delphine Moralis, "il faut un traitement particulier pour les enfants qui migrent en solo". "Il ne faut ne pas les renvoyer dans le pays où ils arrivent", comme le stipule le règlement de Dublin. Ce règlement prévoit en effet que les personnes qui arrivent dans un pays de l'Union européenne et qui ont auparavant été accueillis dans un autre pays, doivent être renvoyés dans ce premier pays d'accueil. "Il faut tenir compte du meilleur intérêt de l'enfant, c'est primordial pour le protéger".

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin