RMC

Scandale Volkswagen: déjà, certains clients annulent leurs commandes

Des clients commencent à revoir leur position d'achat suites au scandale Volkswagen

Des clients commencent à revoir leur position d'achat suites au scandale Volkswagen - AFP

REPORTAGE - Le patron de Volkswagen Martin Winterkorn a démissionné mercredi, emporté par le scandale des moteurs truqués qui a pris une ampleur mondiale et a déjà fait perdre au groupe des milliards d'euros en Bourse. Et déjà certains acheteurs potentiels renoncent comme a pu le constater RMC dans une concession au sud de Paris.

Après les révélations fracassantes sur une fraude à grande échelle, Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen, a été contraint de démissionner ce mercredi. Mais ce scandale a pris une dimension internationale et les conséquences financières risquent d'être très importantes (déjà deux milliards d'euros perdus en Bourse à ce jour). En effet, l'image du constructeur est très sérieusement entachée et déjà certains clients annulent leurs commandes.

"Je n'ai pas très envie de me faire flouer"

C'est notamment le cas de Nicolas, rencontré à la sortie d'une concession Volkswagen au sud de Paris. Il avait décidé d'acheter cette semaine une nouvelle voiture, il avait même choisi son modèle. Mais les révélations de ces derniers jours ont tout changé... "J'ai déjà six Passat et j'allais acheter la septième. Je pensais acheter un diesel non polluant et j'apprends qu'en réalité c'est super pollueur. Or, je n'ai pas envie de polluer les autres. Je pense aux enfants, aux générations futures", confie-t-il, quelque peu désabusé.

Et de poursuivre ses explications: "Ils ont floué un certain nombre de consommateurs et je n'ai pas très envie de me faire flouer à mon tour. Je n'ai pas envie d'avoir des problèmes avec un véhicule neuf, que l'on pourrait rappeler etc. Je préfère rouler avec ma vieille voiture, dont je suis sûr". Pourtant, Nicolas l'assure: avant ce scandale, il trouvait que "Volkswagen était un gage de sérieux, de bonne technologies, de bons services… Maintenant, je doute".

"Volkswagen n'est pas prêt de mourir"

Difficile de savoir combien ils sont, comme Nicolas, à avoir déjà renoncé à acheter leur voiture chez Volkswagen. Les concessionnaires ont en effet reçu pour consigne de ne pas s'exprimer. Mais pour Bernard Jullien, spécialiste de l'industrie automobile, cette affaire aura un impact commercial très important. "C'est un séisme parce que Volkswagen est descendu de son piédestal et les conséquences ne vont pas tarder à se manifester. Il faudra que le constructeur fasse des efforts considérables et dépense beaucoup d'argent", juge-t-il.

"Il faudra aussi faire des cadeaux aux clients pour qu'ils restent chez Volkswagen dans les conditions qui sont en train de se dessiner. Mais Volkswagen n'est pas prêt de mourir pour cette seule raison", estime-t-il aussi. Si le constructeur allemand ne va pas mourir, il devrait toutefois, selon les spécialistes, perdre rapidement sa place de numéro un mondial de l'automobile.

Maxime Ricard avec Marie Dupin