RMC

Arbres au pied de la Tour Eiffel: la mairie va-t-elle revoir son projet?

Des associations et personnalités dénoncent l'abattage prévu d'une vingtaine d'arbres, dont certains très vieux, au pied de la Tour Eiffel afin d'y construire notamment des bagageries.

Grosse mobilisation pour les arbres au pied de la Tour Eiffel. Plus de 75.000 personnes ont signé une pétition lancée sur le site change.org, et relayée par l'animateur Nagui, le journaliste Hugo Clément ou encore l'ex-patronne du Medef Laurence Parisot.

La pétition dénonce l'abattage prévu d'une vingtaine d'arbres, dont certains très vieux dans le cadre du projet "OnE", qui vise à végétaliser et piétonniser la perspective mondialement célèbre allant du Trocadéro à la Dame de Fer, et qui prévoit des bagageries pour les visiteurs et des locaux pour les employés, des bâtiments semi-enterrés.

La levée de boucliers a forcé la mairie de Paris à un revirement: "Aucun arbre centenaire ne sera abattu", a déclaré samedi après-midi Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) de la maire socialiste Anne Hidalgo.

Aminata Niakaté, conseillère EELV à la mairie de Paris s'est félicité ce lundi dans les GG: "Il n'est plus question d'abattre ces arbres, c'est heureux et nous continuons de discuter avec l'exécutif". Mais la mairie de Paris pourrait être contrainte de repenser tout le projet. "Je ne vois pas comment on peut parvenir à sauver ces marronniers et ces châtaigniers sans déplacer les constructions", affirme la conseillère écologiste.

"Ce n'est pas indispensable que ce soit là"

"La bagagerie, ce sont deux structures qui accueilleraient des consignes pour les bagages et des toilettes, mais ce n'est pas indispensable que ce soit là", a reconnu Aminata Niakaté. Le groupe EELV avait toutefois voté en faveur du projet en échange d'un moratoire sur la réfection du Champ-de-Mars. "Finalement on l'a voté car on gagne 1,6 hectare de pleine terre sur le site, on plante 200 arbres, on piétonnise tout un quartier. Dans toutes les négociations, on ne gagne pas sur tous les points", a-t-elle expliqué.

Quelques jours plus tôt, l'association France nature environnement (FNE) Paris, suivie par le Groupe national de surveillance des arbres (GNSA), avait dénoncé l'abattage de 77 arbres dans l'est parisien, Porte de Montreuil, objet d'un autre grand projet de réaménagement de la mairie.

Anne Hidalgo a fait du verdissement de la capitale un objectif majeur de son deuxième mandat, avec les promesses de planter 170.000 arbres supplémentaires ou de créer cinq "forêts urbaines" et quatre nouveaux parcs.

P.B. avec AFP