RMC

"Ça ne voudrait rien dire": les chasseurs ne veulent pas d'un moratoire national

Face à une pétition demandant un moratoire immédiat sur la chasse à cause de la sécheresse, la Fédération nationale des chasseurs réagit. Son président, Willy Schraen, était invité dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story.

Comme les humains, les animaux sauvages ont souffert des canicules à répétition et des incendies, cet été, en France. Face à ce constat, une pétition demandant un moratoire immédiat sur la chasse a été lancée en ligne le 14 août. Neuf jours plus tard, plus de 65.000 personnes l'ont signée.

De son côté, la Fédération nationale des chasseurs plaide pour des décisions au cas par cas, plutôt qu'une règle à l'échelle du pays. Son président, Willy Schraen, était invité dans "Apolline matin", ce mardi sur RMC et RMC Story.

Il dit "entendre" ce que disent les gens: "On a conscience de certains problèmes dans certains territoires. Je ne peux pas accepter qu’on propose un moratoire général pour la France, ça ne voudrait rien dire. Il y a des secteurs où les choses sont sensibles, ne serait-ce que là où ça a brûlé".

"Ils veulent interdire la chasse"

Willy Schraen explique que les fédérations départementales vont évaluer chaque territoire.

"Elles vont juger au cas par cas. Déjà, de nombreuses fédérations ont devancé les choses. Des reports de la chasse ou des zones qui ne seront pas chassées", par exemple.

Patricia, habitante de Vaulx-en-Velin (Rhône) et auditrice RMC, est farouchement opposée à la chasse. "C’est absolument indispensable, les animaux ont souffert de l’eau, des incendies. Il faut absolument que cette année, sur toute la France, les chasseurs mettent les fusils dans les poches. Je leur suggère de prendre un appareil photo, ça sera beaucoup mieux. Il faut qu’ils leur fichent la paix." Elle ajoute: "Il va falloir qu’ils réfléchissent à une conscience parce qu’en fait un chasseur pour moi n’en a pas".

Un discours rejeté par Willy Schraen. "Je pense que Patricia reflète bien la situation, on n’est pas dans un problème d’animaux, on est dans un problème de chasse. Ils veulent interdire la chasse."

Selon lui, derrière ce moratoire, il y a une volonté d'aller plus loin et de l'interdire définitivement.

"Si on ne doit pas chasser cette année, est-ce qu’on est prêt à enterrer 1.000, 2.000 ou 3.000 Français?"

Selon Philippe, auditeur de RMC et chasseur, la sécheresse et les incendies sont un prétexte pour s'en prendre à eux.

"Non, les chasseurs ne sont pas des sans coeur, nous savons faire la part des choses, nous connaissons les zones dans lesquelles il est pertinent de chasser ou pas", souligne-t-il.

Willy Schraen conclut par une mise en garde: "L'année passée, il y a eu 70.000 accidents de la route avec des animaux sauvages et 50 morts. Si on ne doit pas chasser cette année, est-ce qu’on est prêt à enterrer 1.000, 2.000 ou 3.000 Français?"

A.B