RMC

"Expliquez-nous": pourquoi le biocarburant à l'huile de palme fait polémique?

L'assemblée nationale a décidé jeudi soir de garder à l’huile de palme le statut de biocarburant et les avantages fiscaux qui vont avec. Les écologistes sont furieux. Vendredi midi, Edouard Philippe demande un second vote.

De l'huile sur le feu au sein de gouvernement. Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé vendredi un second vote après l'adoption la veille d'un amendement controversé réintégrant l'huile de palme aux biocarburants jusqu'en 2026, "constatant l'absence d'un débat suffisant sur un sujet aussi important", a indiqué Matignon.

La seconde délibération "permettra aux parlementaires de nourrir un débat à la hauteur de l'enjeu", a expliqué l'entourage du chef du gouvernement. De source parlementaire, ce second vote aura lieu dès vendredi.

Il faut dire que ce (premier) vote est particulièrement polémique. Les écologistes sont fous de rage parce qu’ils viennent de perdre un long et très dur bras de fer avec Total. Total qui a inauguré l’été dernier une raffinerie de biocarburant à la Mède dans les Bouches-du-Rhône.

Le géant pétrolier a investi 275 millions d’euros pour rouvrir cette raffinerie qui avait fermé. 250 emplois ont été sauvés et il est prévu de produire 500.000 tonnes de biocarburant par an. Du bio diesel pour les camions et du biojet pour les avions. Tout cela destiné au marché français et produit à partir de 300.000 tonnes d’huile de palme importées, et de 50.000 tonnes de colza français.

Du chantage?

Tout cela a été négocié par Total, avec le gouvernement, la région, les agriculteurs, et dans l’accord il y avait que le carburant produit bénéficiait des avantages fiscaux des biocarburants.

Sauf que l’an dernier, les députés ont décidé que l’huile de palme n'était pas un produit écolo, et ils ont supprimé l’avantage fiscal. Fureur du PDG de Total, Patrice Pouyanet qui a estimé que l’on avait changé les règles du jeu en pleine partie.

Il a fait un recours devant le conseil constitutionnel, mais les sages l’ont rejeté. Il est alors allé plusieurs fois devant l’assemblée, expliquant qu’il ne pouvait garantir le maintien de l’emploi, ni même des futurs investissements de Total en France si l’on ne revenait pas sur cette décision. Ce n'était pas du chantage mais ça y ressemblait un peu.

Des pression qui ont fini par payer

Jeudi, des députés Modem, La République en marche et Les républicains, la plupart élus des Bouches-du-Rhône, ont déposé un amendement pour rétablir l’avantage fiscale jusqu’en 2026. L’amendement a été mis au vote sans débat. Et il est passé avec un avis favorable du gouvernement.

Très en colere, Matthieu Orphelin, député proche de Nicolas Hulot ex-LREM a estimé que l’on devait sabrer le champagne jeudi soir chez Total. Il est clair en tout cas que c’est une victoire pour le groupe Français. La suppression de l'avantage fiscal qui devait intervenir au premier janvier prochain lui aurait coûté 100 millions d’euros.

Que reprochent les écologistes à l’huile de palme et au biocarburant ?

De n’avoir de bio que le nom. De polluer plus que le pétrole et de polluer deux fois. Lorsque que les camions roulent au biodiesel, ils émettent plus de carbonne que le Diesel classique. Un peu plus. Mais c’est surtout en produisant l’huile de palme que l’on détruit la planète d'après les écologistes.

L’huile est produite essentiellement en Indonésie et Malaisie. Et comme la demande est toujours plus importante, on déforeste pour gagner des terres cultivables. On détruit des forêts primaires et les orang-outangs qui les habitent.

Total s’est engagé à n’importer que de l’huile de palme durable. C’est à dire produite sur des terres qui ne sont pas gagnées sur la forêt. Mais les organisations écologistes disent que personne n’arrive vraiment à tracer l’origine des fruits dont l’huile est extraite.

Les biocarburants à l’huile de palme, une fausse bonne idée? 

C’est en tout cas ce que pense l’Europe. Il y a quelques années tout a été fait pour promouvoir les carburants issue de l’agriculture qui devait pouvoir remplacer le pétrole. Aujourd'hui il apparaît que l’agriculture c’est fait pour nourrir les hommes, pas pour faire rouler des voitures.

L'Union européenne a décidé que le niveau de consommation d’huile de palme pour le biodiesel devrait être gelé à partir de cette année. Puis être réduit à partir de 2023, puis être supprimé en 2030. L’huile de palme va donc disparaître à terme de nos moteurs. Mais Total vient d’obtenir un sursis de quelques années. 

Nicolas Poincaré