RMC

"Je n'osais pas manger ce que je produisais": Christophe, agriculteur, a opté pour le bio il y a 10 ans

Le salon de l'Agriculture ouvre ses portes ce samedi à Paris. L'occasion pour la profession d'aborder des thématiques très clivantes comme la protection des sols ou l'utilisation de produits phytosanitaires. Et l'occasion pour RMC de vous présenter un agriculteur qui se définit comme un "repenti".

Christophe Piquet est éleveur bovin et céréalier en Mayenne. Il a cultivé ses parcelles de manière "conventionnelle" pendant 30 ans avant de passer, il y a 10 ans, en bio. Il parle d'une "prise de conscience" et a amorcé le virage au moment où il est devenu grand père.

"J'avais honte de faire ce que je faisais"

Au milieu de ses Rouge des prés, Christophe raconte son histoire. Il y a 10 ans, l'éleveur bovin, producteur de céréales passe à l'agriculture biologique.

"A la naissance de mes petits-enfants, ça a vraiment été le déclic, je ne pouvais pas faire autrement. Le fait de savoir que ce qu’on fait n’est pas durable, n’est pas bon pour la santé des gens, voir la multiplication des cancers, j’avais honte de faire ce que je faisais, je n’osais pas manger ce que je produisais. Il y avait vraiment un problème, il fallait vraiment changer. Quand on a un petit enfant, il faut lui donner à manger et être digne de sa confiance".

"Ils auront un profond respect pour l’environnement"

Et parce qu'il faut dit-il, "réparer la terre que des générations d'agriculteurs ont saccagée", Christophe a planté 1.000 arbres sur une de ces parcelles.

"Les arbres vont aller puiser tous les minéraux et tous les éléments fertilisants et les redistribuer par les feuilles. Ils vont enrichir et dépolluer la terre et réguler l’eau. Les petits enfants nous ayant vu planter tous les arbres, pour eux, c’est entré dans leur tête. Ils auront un profond respect pour l’environnement".

En fin d'année, Christophe cédera la ferme à son fils. Mais pas question de se reposer. L'agriculteur repenti aimerait aider des jeunes exploitants à s'installer en bio.

Anaïs Denet (avec Caroline Petit)