RMC

"Ma priorité est de faire remonter le revenu des agriculteurs et lutter contre l'agribashing", affirme Didier Guillaume sur RMC

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, était l’invité exceptionnel de Maïtena Biraben ce mercredi 20 février. Il est notamment revenu sur l'agribashing, la consommation de vin en France et le "marathon" des hommes politiques au Salon de l’Agriculture.

J-3 avant l'ouverture du tant attendu Salon de l'Agriculture. A cette occasion, Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture est revenu dans l'émission de Maïtena Biraben, sur une très vieille tradition: le "marathon" des hommes politiques au Salon.

"L'agriculture soit on l’aime, soit on la quitte" 

Un rendez-vous politique annuel qui laisse le ministre quelque peu dubitatif: "On n’est pas là pour faire des concours ni de beauté ni de durée, ce qui compte c’est la qualité et on verra bien comment les choses se passeront".

"Moi je trouve ça ridicule ce marathon. Mais en même temps, rester longtemps c’est faire la démonstration aux agriculteurs et aux agricultrices qu’on les aime. Et l’agriculture soit on l’aime, soit on la quitte. Je crois que pour ça, c’est important de rester longtemps".

"Il faut arrêter de montrer du doigt les agriculteurs"

Une agriculture, que Didier Guillaume aime et défend, notamment pour que cesse ce qu'il appelle l'agribashing. Soit, les attaques pour dénigrer le travail agricole dont les agriculteurs s'estiment être victimes depuis plusieurs mois. Un combat dont le ministre a fait sa "priorité numéro une".

"Ma priorité numéro une est de faire remonter le revenu des agriculteurs et de lutter contre l’agribashing. Le thème du stand du Ministère de l’Agriculture cette année (au Salon de l'Agriculture) c’est 'Ensemble, arrêtons l’agribashing' parce qu’il faut arrêter de montrer du doigt les agriculteurs qui seraient des pollueurs, des empoisonneurs, ce n’est pas ça".

"Qui dit repas français dit verre de vin"

"Le vin n'est pas un alcool comme les autres": c'est ce qu'avait affirme Didier Guillaume sur RMC il y a quelques jours, provoquant la colère des médecins addictologues.

Le ministre a donc tenu ce mercredi à réaffirmer la politique de lutte contre les addictions menée par le gouvernement sans pour autant nier la culture française étroitement liée à la consommation de vin.

"Il faut lutter contre les addictions et l’alcoolisme mais ça n’empêche pas de boire un verre de vin au cours d’un repas. Aujourd'hui, le repas français est au patrimoine immatériel de l’UNESCO, qui dit repas français dit verre de vin qui va avec le repas, je crois qu’il ne faut pas opposer les choses (...) Donc beaucoup de prévention, de lutte contre l’alcoolisme et en même temps on peut boire du vin, ce n’est pas interdit, mais avec grande modération"
M comme Maïtena (avec Caroline Petit)