RMC

"Ma vie ici est inconfortable": les habitants de logements sociaux touchés par la précarité énergétique

Particulièrement concernés par la précarité énergétique, les habitants de logements sociaux, qui vivent avec des petits revenus comme à Lille et Paris.

C'est la matinée la plus froide de la semaine avec des températures entre -10 et -15°C et ressenties jusqu'à moins 20 degrés à cause du vent. Et pour certains, la période est particulièrement compliquée. Difficile de se réchauffer, y compris chez soi. Selon la fondation Abbé Pierre, 11 millions de Français souffrent du froid à domicile. En cause des logements mal isolés ou l'impossibilité de payer sa facture, trop élevée.

Après sa journée de travail, Hakima rentre chez elle. “Il fait froid”, indique-t-elle. Elle ouvre son courrier, 143€ d'électricité par mois. Dans son immeuble, pas de chauffage collectif mais individuel, plus coûteux. Un logement mal isolé et des revenus modestes. Le chauffage, c'est 20% de son salaire.

“Je travaille à la mairie de Paris, je gagne 800 euros. 800 moins 143 euros, plus le loyer, les charges… ça fait une somme”, explique-t-elle.

Hasni, lui, vit à Lille, il a l'impression d'être abandonné par son bailleur social. “Je suis à moins de 14 degrés. Ma vie ici est inconfortable. C’est dur d’entendre son enfant dire, papa, maman, j’ai froid”, assure-t-il.

Des charges qui restent élevées

Dans son immeuble construit, il y a une trentaine d'années, le chauffage au sol dysfonctionne et s'éteint passé 16h30.

“Les charges qu’on paye aujourd’hui restent trop élevées par rapport à la température qu’on a dans l’appartement”, appuie-t-il.

Pour éviter de grelotter, Hasni a acheté un petit chauffage d'appoint. Comme lui et Hakima, en France 11 millions de personnes souffrent du froid. 

Cyprien Pézeril avec Guillaume Descours