RMC

"Objectif Terre": faut-il redouter une invasion mondiale de méduses ?

RMC
Les méduses ne craignent rien. Même le changement climatique ne leur fait pas peur. Elles sont capables de vivre dans des eaux très polluées avec de faibles teneurs en oxygène. À tel point qu'elles coloniseraient tout l'espace marin au détriment des autres espèces.

Aujourd'hui selon l'ONU entre 500.000 et 1 million d'espèces végétales et animales seraient menacées d'extinction dans les décennies à venir à cause de la pollution, de la disparition des habitats naturels et du réchauffement climatique. Paradoxalement une créature gélatineuse composé d'une petite ombrelle et de filaments, la méduse, tire profit de la situation. Elle ne craint pas le changement climatique et elle est capable de vivre dans des eaux très polluées avec de faible teneur en oxygène. D'ailleurs elles existent depuis plus de 500 millions d'années, les méduses étaient là avant les dinosaures et ont déjà survécu à toute les extinctions d'espèces.

Déjà présentes dans toutes les mers du globe, scientifiques avancent le fait qu'elles coloniseraient tout l'espace marin au détriment des autres espèces. Des relevés sont fait chaque jour pour étayer cette thèse, en attendant personne ne conteste la prolifération des méduses et l'homme a sa part de responsabilité évidemment. Si elles prospèrent autant, c'est à cause de la surpêche : moins de prédateurs, plus de plancton et donc un boulevard pour coloniser les mers. Et les méduses ont une incroyable capacité de reproduction puisque deux méduses peuvent donner naissance à des millions de descendants !

Des piqûres parfois mortelles

Il y a une dizaine d’années, les méduses sur les plages étaient rares et surtout localisés en Méditerranée, elles infestent désormais toutes les plages et à n'importe quel moment de l'année. Si on n’aime pas les croiser, c'est que la plupart des espèces sont urticantes, la piqûre d'une quarantaine d'espèces sur les 200 existantes serait même mortelle mais celle-ci se trouvent essentiellement en Australie.

Et si vous voulez savoir sur quelle plage vous allez trouver des méduses c'est possible grâce à un jeune ingénieur originaire de Montpellier Jeremy Deverdun qui a créé un site meduseo.com, un outil dédié à la présence des méduses sur les plages de France, mais aussi d'Italie et d'Espagne, des données actualisées toutes les 4 heures.

Une opportunité à saisir ?

Si les plus pessimistes s'inquiètent de cette prolifération, les plus optimistes y voient une opportunité à saisir parce que les méduses sont étonnantes : elles renferment du collagène, la fameuse substance naturelle qui atténue les effets du vieillissement de la peau et du coup forcément, l’industrie cosmétique s'y intéresse pour produire des crèmes antirides.

Elles sont riches en éléments nutritifs et pourraient servir d'engrais, il a été prouvé que leur mucus était un excellent piège aux microparticules de plastiques (elles seraient donc aussi dépolluantes) et le plus gros potentiel c'est qu'on peut les manger, c'est déjà le cas en Asie depuis des siècles, plus d'un million de tonnes d'espèces comestibles sont élevées ou pêchées chaque année sur le continent asiatique.

Et si l’on n'aime pas les croiser sur la plage, on adore les observer dans des aquariums. La nage d’une méduse est hypnotique et l'aquarium de Paris au Trocadéro abrite la plus grande collection de méduses d’Europe avec 24 bassins d’exposition. Et elles fascinent tellement qu’il est même possible de s'en procurer pour les garder chez soi en aquarium, à la manière d'un animal de compagnie. Un nouveau marché qui est en train d'émerger depuis quelques mois.

Céline Da Costa