RMC

Production énergétique française: la cour des Comptes craint un blackout par manque de temps

Les décisions sur notre future trajectoire énergétique devraient déjà être prises vu les délais de construction.

La production électrique française repose aujourd’hui à environ 70 % sur le nucléaire. Même si EDF prolonge des centrales, ce parc aura toutefois en grande partie cessé de produire dans les années 2040, ce qui nécessitera le renouvellement d’une part importante de nos capacités de production d’électricité, d’autant que les besoins seront 35% plus élevés qu’aujourd’hui.

Face à ce défi ; la Cour des Comptes a une inquiétude majeure, le temps, et une mineure, l’argent. Le temps parce que les décisions sur notre future trajectoire énergétique devraient déjà être prises vu les délais de construction. Pour la cour des comptes, le pays aurait besoin de 25 à 30 nouveaux réacteurs, la France en compte aujourd’hui 56. Or pour le moment aucune décision n’est prise, et on ne parle que de la construction de 6 nouveaux réacteurs EPR. Rappelons que pour l’EPR de Flamanville, les premiers débats ont lieu en 2002, et au mieux il démarrera en 2022…

Et il faudrait aussi se décider vite sur les autres sources d’énergie…

Il faut entre 7 et 9 ans pour les parcs éoliens terrestres, un minimum de11 années pour les premiers parcs éoliens en mer. Ces délais sont également significatifs pour les infrastructures qui y sont associées : 5 à 10 ans pour les lignes haute tension,4 à 7 ans pour les postes électriques, et tout ça s’il n’y a pas de retards bien sur…

De lourds investissements à réaliser

Et puis tout ça va nécessiter de lourds investissements. Mais là c’est le flou le plus complet . Pour les EPR, c’est une facture a environ 200 milliards d’euros. Les autres énergies renouvelables trop compliqué à estimer.

Sommes vertigineuses, mais qui vont faire vivre nos industries: la filière nucléaire représente 200 000 emplois en France, répartis entre plus de2 000 entreprises, constituant la troisième

Filière industrielle française derrière l’aéronautique et l’automobile. Par ailleurs, la présence d’une filière nucléaire civile n’est pas sans incidence pour nos moyens militaires. Les nouvelles énergies renouvelables correspondent à une dizaine de filières industrielles différentes, pour un total d’environ 60.000 emplois hors hydraulique.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi les salariés français sont peu nombreux à demander une augmentation?

Emmanuel Lechypre