RMC

Sécheresse: un responsable agricole créé la polémique en traitant les écologistes de "terroristes"

Un tracteur dans le champs de Frédéric Castex, cultivateur de soja à Peguilhan (Sud de la France), le 12 juillet 2021

Un tracteur dans le champs de Frédéric Castex, cultivateur de soja à Peguilhan (Sud de la France), le 12 juillet 2021 - Fred SCHEIBER © 2019 AFP

Alors que les agriculteurs demandent des mesures d'urgences face à la sécheresse, le président de la chambre d'agriculture de la Haute-Vienne, Bertrand Venteau, a qualifié de "terroristes" les écologistes qui critiquent les réserves d'eau agricoles.

Les agriculteurs font face à la sécheresse. Invité de nos confrères de France Bleu Limousin, le président de la chambre d'agriculture de la Haute-Vienne, Bertrand Venteau, a été interrogé sur ce sujet ce mercredi. Au moment d'être interrogé sur la question des retenues d'eau agricoles, souhaitées et réclamées par les agriculteurs, il a critiqué l'action des militants écologistes.

"Les écologiques, on les connaît"

Face à ces projets de réserves d'eau, les écologistes dénoncent un coût environnemental important et un manque de concertation. Une position qui déplait fortement à Bertrant Venteau: "Les écologistes, on les connaît, ils vous disent attention, attention, le réchauffement climatique est là et quand on arrive avec nos solutions, nous le monde agricole, ils nous tapent dessus, ils nous bloquent et il vivent grandement, je tiens à le préciser, de financements publics."

"C'est pas des écologistes, c'est des terroristes qui nous empêchent d'avoir une vision à 30 ans et un développement qui nous permettra de passer le cap hydrique pour ce département. Ce sont des gens dangereux et j'assume ce que je dis", a-t-il déclaré.

"Un vision cauchemardesque encouragée par les lobbies"

Ces propos ont fait directement polémique. Le conseiller régional EELV du département, Jean-Louis Pagès, a dénoncé "un parallèle (insultant pour) les victimes du récent procès du Bataclan et de clui de l'attentat de Nice".

Pour lui, Bertrand Venteau dénonce une prétendue "vision" cauchemardesque, "encouragée par les lobbies de la pétrochimie et du business de la grosse industrie agroalimentaire qui favorise l'agriculture intensive et veut confisquer au bénéfice de quelques-uns cette eau si précieuse, construire des usines à viande au mépris du bien-être animal, et enfin détruire la biodiversité".

De son côté, la préfète de la Haute-Vienne, Fabienne Balussou, en visite chez des agriculteurs victimes de la sécheresse ce matin, souhaite répondre par un "travail dans une approche consensuelle" pour mettre tous les acteurs "autour de la table": "Sur des sujets aussi importants que ceux-là, on ne peut pas traiter les choses de façon linéaire et en ayant une approche qui n'est que partielle."

MM