RMC

38 degrés à l'ombre, malaises... Des écoles de Marseille transformées en fournaises

RMC a été contacté par des parents d'élèves de l'école Michelet-Foch de Marseille, il y a moins de deux semaines. Ils dénoncent les chaleurs insupportables dans les salles de classes de leurs enfants et demandent des mesures d'urgence.

C'était il y a moins de deux semaines. Le thermomètre de la cour de l'école Michelet-Foch, dans le quatrième arrondissement de Marseille, affichait jusqu’à 38°C à l’ombre. Dans cette cour: pas de préau pour s'abriter du soleil, pas d'arbre pour la rafraîchir. Et c’est encore pire dans les salles de classes.

"Il y a des classes qui sont exposées plein sud, pas de volet, rien pour protéger l'entrée du soleil ou aérer", explique Eve-Laure, maman d’un petit garçon de 5 ans, qui voit son enfant dans "une cour d'école qui ne comprend aucune végétation et presque pas d'espace d'ombre, de 12h à 14h, aux heures où tout le monde nous dit de ne pas sortir de chez nous".

Des vomissements, des malaises...

Sa principale inquiétude et celle est autres parents d'élèves: "Dans quel état on va retrouver les enfants?"

"On a eu plusieurs incidents qui ont été signalés: saignements de nez, vomissements, malaises... Ça s'apparente presque à de la maltraitance institutionnelle: les pouvoirs publics ont une responsabilité mais ne font rien ou pas assez", estime la parent d'élève.

Les parents ont déjà alerté plusieurs fois la municipalité. Ils ont envoyé cinq courriers mais rien ne bouge, et ce n'est pas la seule école concernée. La mairie de Marseille dit elle-même qu’une école de la ville sur trois est dans une “situation préoccupante” et qu'il y a énormément de “passoires thermiques”. Elle a d'ailleurs lancé le Plan école, un grand plan de rénovation à 1,2 milliard d’euros en 2020. Toutes les écoles devraient en profiter d'ici 10 ans.

>>> Retrouvez "RMC s'engage pour vous" en podcasts sur l'appli et le site RMC

Les parents demandent des mesures d'urgence

Sauf qu'il s’agit de travaux de long terme. Les parents comme Eve-Laure demandent, eux, des mesures d'urgences: des ventilateurs, des brumisateurs ou des rideaux devant les fenêtres.

"L'État doit permettre que nos enfants puissent aller à l'école par temps de forte chaleur puisque c'est amené à se répéter" explique-t-elle.

Ce qui énerve le plus Eve-Laure, c'est les installations fraîcheurs faites pour les touristes sur le Vieux-Port: "brumisateur, préau, quelques plantes. Peut-être que ça va plus vite de les y installer pour les touristes, mais dans les écoles, c'est aussi possible pour pallier à l'urgence."

Une commande de ventilateurs

Nous avons contcté Pierre-Marie Ganozzi, adjoint au maire en charge du Plan école. Il explique que "tout le matériel que (la mairie a) à disposition a été distribué". La mairie de Marseille a décidé de prioriser l'installation des ventilateurs pour "les salles en (préfabriqué) non climatisées, où pour le coup, c'est vraiment l'enfer, et les écoles maternelles."

"Il y a une commande qui a été réalisée la semaine dernière pour des ventilateurs. Quand est-ce que ces ventilateurs pourront arriver? Si je m'engageais sur une date, je vous mentirais", explique Pierre-Marie Ganozzi.

La mairie "espère" que ce sera réglé pour la rentrée scolaire, en septembre. Mais pour les deux dernières semaines de cours, il n'y a pas de solution pour le moment.

Si vous avez une idée pour aider les écoliers de Marseille qui souffrent de la chaleur ou si vous avez un gros stock de ventilateurs à prêter ou donner.

Notre adresse mail: rmcpourvous@rmc.fr

Marie Dupin, Anne-Lyvia Tollinchi et Joanna Chabas avec MM