RMC

500 euros de "revenu d'existence" pour les 18-24 ans: une expérimentation lancée en Haute-Garonne

LECHYPRE DU JOUR - 500 euros. C’est le montant maximal que pourrait atteindre le revenu d’existence pour les jeunes que mettra en place le département de Haute-Garonne à partir de mars 2022.

Dans un premier temps, une expérimentation sera menée sur 1.000 jeunes âgés de 18 à 24 ans, trop jeunes pour bénéficier du RSA, qui n’est accessible qu’à partir de 25 ans.

L'aide sera modulable en fonction des revenus des parents ou de la personne, si elle a une activité rémunérée. Elle pourra être cumulée avec des bourses étudiantes, l'APL ou d'autres aides de l'Etat.

Pourquoi tenter cette expérimentation ?

Parce qu’il y a très peu de grands pays qui aide aussi peu sa jeunesse que la France, et que les jeunes sont les grands perdants de la crise sanitaire: un pauvre sur deux en France a moins de 30 ans.

Face à cette situation, deux approches: une approche de gauche, celle du département de Haute-Garonne, dont le président est socialiste (Georges Méric), et une approche plus libérale, celle du gouvernement, qui refuse ce revenu minimum pour les jeunes pour privilégier leur insertion professionnelle: "un jeune une solution".

Au niveau national, Emmanuel Macron avait promis pour la rentrée un "revenu d'engagement" pour accompagner les jeunes qui n'ont ni emploi, ni formation, en échange d'un engagement sur la mise en oeuvre d'un projet professionnel.

Mais aucune ligne budgétaire n'a été inscrite dans le projet de budget 2022. Bercy freine face à cette réforme, dont le coût est estimé par l'Etat à environ 2 milliards d'euros par an. L’expérimentation en Haute-Garonne coutera 9 millions : bilan dans 18 mois.

>>> A LIRE AUSSi - Va-t-il vraiment falloir attendre deux ans avant que les prix de l'énergie baissent?

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)