RMC

C'est en donnant plus de droits aux homosexuels que l'on fera baisser l'homophobie

A l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie, ce jeudi, Jean-Jacques Bourdin a reçu Joël Deumier, président de SOS Homophobie, dont le dernier rapport montre une hausse des actes et des agressions homophobes.

La France a-t-elle du mal à accepter les homosexuels? C'est la question posée ce jeudi dans Bureau de vote sur RMC, à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie. "Ça va beaucoup mieux qu'il y a encore quelques décennies, mais on constate dans le rapport annuel SOS Homophobie 2018 qu'il y a une persistance et un ancrage de l'homophobie", répond Joël Deumier, président de SOS Homophobie. Il s'appuie sur le rapport 2018 de son association, qui pointe une augmentation de près de 5% des actes homophobes et de 15% des agressions physiques en 2017.

Ces hausses s'expliquent notamment par "une libération de la parole". "Les gens osent beaucoup plus en parler et dénoncer. Il y a une vraie libération de la parole, oui, qui explique aussi la hausse des chiffres", confirme Joël Deumier. "Mais pas que", prévient-il.

"La société progresse"

"La société progresse, et on remarque que plus on donnera des droits aux homosexuels, plus ils seront inclus dans la société et plus l'homophobie va durablement reculer". C'est pourquoi, selon le président de SOS Homophobie, "il faut donner des droits supplémentaires" aux homosexuels, notamment an autorisant la PMA. "La société est prête", estime-t-il. "Quand on fait lune loi en faveur des homosexuels, il y a une flambée de haine, mais sur le long terme on constate une baisse de l'homophobie dans le pays". "Les violences sont dues à des minorités très bruyantes et à des associations très organisées et très financées comme Alliance Vita ou la Manif pour tous, qui entretiennent la haine dans le pays", dénonce Joël Deumier.

P. G. avec J-J. Bourdin