RMC

"Certains se sont mariés ici": un petit village s'unit contre la vente de "sa" mairie

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Des habitants d'un petit village normand s'opposent au projet de vente de l'ancienne mairie. C'est le plus vieux bâtiment du village et les habitants y tiennent énormément.

Une lutte pour le patrimoine local. Les habitants de Ronfeugerai (Orne) ont appris, après un conseil municipal de juin dernier, que le maire de la communauté de communes avait l'intention de vendre le plus vieux bâtiment de leur village. Une maison construite en 1775 et léguée à la ville en 1870 par la comtesse qui l'occupait, pour en faire une école de filles, maison qui est ensuite devenue la mairie du village, avant de se transformer en logement pour les instituteurs de l'école.

Mais aujourd'hui, une pancarte rouge "à vendre" est accrochée en plein milieu de la façade de pierre de taille. Une pancarte que Christiane et Jean-Paul, membre du collectif "Défense du petit patrimoine de Ronfeugerai", aimeraient bien voir disparaître.

"J'ai vu la pancarte fin août, et j'étais un peu sidérée. Pratiquement tous les habitants ont été à l'école ici, certains se sont mariés ici. C'était le coeur du village. On souhaite que ce soit restauré et conservé, on veut conserver le patrimoine."

Nous avons contacté le maire qui nous a expliqué que n'est pas une histoire d'argent. La maison est estimée à 80.000 euros, c'est quand même une grosse somme pour une commune de 350 habitants. Si le maire veut vendre, c'est pour ne plus avoir à gérer la location de l'espace habitable, pour s'éviter des démarches administratives qu'il juge trop lourdes.

Le Collectif des habitants, qui a recueilli dans une pétition de plus de 200 signatures, voudrait lui que la maison puisse accueillir les associations du village.

>> Tous les podcasts de RMC

"Je n'ai pas de problème à dire qu'on s'est peut-être trompé par rapport aux arguments et qu'il faut peut-être revoir notre copie"

Une réunion publique est prévue le 11 janvier. Jusqu'ici le maire, dans les échanges de courrier que l'on a pu consulter, semble bien campé sur ses positions. Mais en interview, face à nos questions, Alain Lange laisse entendre qu'il pourrait en être autrement à l'avenir.

"Si on reçoit les personnes, c'est pour les écouter, c'est pour entendre leurs propos, leurs arguments. Il faut regarder ce qui peut être retenu et trouver la meilleure réponse, le meilleur compromis à la situation. Cela ne veut pas dire qu'on changera forcément, mais s'il y a des bons arguments, qu'on puisse les mettre dans notre réflexion, et voir si, peut-être, je dis bien peut-être, on a fait une erreur. C'est humain. Je n'ai pas de problème à dire qu'on s'est peut-être trompé par rapport aux arguments et qu'il faut peut-être revoir notre copie."

Et on suivra évidemment l'issue de cette réunion publique pour s'assurer que les habitants de Ronfeugerai seront bien entendus.

>>> N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse rmcpourvous@rmc.fr

Benoît Ballet et Anne-Lyvia Tollinchi (avec J.A.)