RMC

Cimetière profané en Alsace: qui sont les "Loups noirs alsaciens"?

Qui sont les profanateurs des tombes du cimetière juif de Quatzenheim en Alsace? Pour l'heure, aucun indice tangible n'a été relevé, à l'exception d'une des inscriptions, qui fait référence aux "Loups noirs alsaciens".

Qui se cachent derrière la profanation des 96 tombes juives du cimetière de Quatzenheim, dans le Bas-Rhin?

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, s’est rendu sur place mardi et a promis "des lois" pour condamner fermement ce type d’actes, les enquêteurs poursuivent leurs investigations. Le parquet de Strasbourg a ouvert une "enquête de flagrance" confiée à la section de recherches (SR) de la gendarmerie de la capitale alsacienne.

Les tombes du cimetière juif de Quatzenhzeim, installé depuis 1795 dans ce village de 800 habitants, ont été marquées à la bombe de croix gammées bleues et jaunes. Une sépulture porte également l'inscription "Elsassisches Schwarzen Wolfe" ("Les loups noirs alsaciens"), possible référence à un groupe autonomiste actif dans les années 1970. D'autres croix gammées ont été marquées à la bombe sur le portail d'une maison, en lisière du cimetière, et sur son mur d'enceinte. 

Pour brouiller les pistes?

"Les loups noirs alsaciens" est groupe autonomiste et terroriste qui a marqué les esprits, et notamment dans les années 1970, époque où il était très actif. La cible principale de ces "loups": la France résistante. Pour eux, l’Alsace n’a pas été libérée. Ils considèrent ainsi que la France exerce une tutelle illégitime sur la région. 

Si des actions violentes n'ont jamais fait aucun blessé, leurs méfaits restent emblématiques: l’incendie du musée du camp de concentration du Struthof, le dynamitage d’une croix de Lorraine au Staufen, à Thann.

Si ce groupe ne fait plus parler de lui depuis 40 ans et nie tout antisémitisme, les enquêteurs n’excluent pas la présence de cette inscription sur une seule des tombes pour simplement brouiller les pistes. Sur une autre sépulture, on a pu voir inscrit "Plan Kalergi" du nom d’une théorie complotiste, très populaire sur les réseaux sociaux, et selon laquelle il existerait un programme de disparition de la population blanche européenne.

"24 actes antisémites en Alsace depuis le mois de janvier"

Selon Josette Prim, ajointe au maire de Quatzenheim, "depuis le début de l'année, il y a eu 24 actes antisémites en Alsace", citant la gendarmerie. 

La précédente profanation d'un cimetière juif en Alsace avait été découverte le jour-même de l'attentat jihadiste contre le marché de Noël de Strasbourg, le 11 décembre, à Herrlisheim, commune de 5.000 habitants située au nord-est de Strasbourg. Trente-sept stèles, ainsi que le monument des martyrs de la Shoah, avaient été recouvertes de graffitis antisémites.

En 2017, cinq adolescents ont été condamnés à des peines de prison avec sursis pour avoir vandalisé 300 tombes d’un cimetière juif du département.

Matthieu Rouault avec Xavier Allain