RMC

Comment écouler les bijoux volés à Kim Kardashian

Kim Kardashian a été agressée à Paris dans la nuit de dimanche à lundi dans une résidence privée du 8ème arrondissement de Paris. La star s'est fait voler une bague d'une valeur de quatre millions d'euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions, selon une source judiciaire. Soit le plus important vol de bijoux commis sur un particulier en France depuis plus de 20 ans.

C'est l'un des plus gros vols de bijoux de ces dernières années en France : la star de téléréalité Kim Kardashian a été braquée et ligotée dans la nuit dans son hôtel parisien, par des hommes déguisés en policiers, qui ont emporté un butin estimé à neuf millions d'euros. Plus précisément, selon une source judiciaire, les voleurs ont emporté une bague d'une valeur de quatre millions d'euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions. Deux téléphones ont également été dérobés.

Pour RMC ce mardi, Jean-Norbert Salit, expert joaillier, répond à la question: que vont devenir ces bijoux volés, dont ce méga diamant de 20 carats et 4 millions d'euros? "Dès qu'on se situe sur une pierre plutôt importante, on peut déjà être certain que cette pierre, reconnaissable par son poids précis au centième de carat, sa couleur, sa pureté, la qualité de sa taille, peut être tout à fait retailler, estime-t-il. On peut simplement en garder la forme et en baisser le poids".

"Ça part en lingot dans tous les pays du monde"

"Dès que ce sont des pierres plus petites, les bijoux sont démontés, ajoute-t-il. L'or est mis d'un côté, fondu, écrasé… Ça part en lingot, sur le marché noir de l'or dans tous les pays du monde qui ont besoin d'or parce que ça remplace les monnaies". Pour Frédéric Ploquin, grande reporter à Marianne et spécialiste du grand banditisme, "il est beaucoup plus facile, en réalité, de faire main basse sur les bijoux de Kim Kardashian que de les revendre sur le marché".

"Il y a une partie du recel de ce genre de bijoux qui se fait à l'étranger, soit en direction du marché hollandais, belge, ou encore du marché du diamant, poursuit-il. Ça peut être carrément réacheminé en direction des pays des Balkans où là vous avez potentiellement des vrais clients qui soit vont vous récupérer l'or, le diamant, les pierres, … et faire d'autres bijoux. Dans ce cas, ils disparaîtront à jamais. Soit, tout simplement, porter ces bijoux. Mais c'est tout de même un peu risqué".

M.R avec Aurélia Manoli