RMC

Comment le casque de réalité virtuelle permet de s'évader durant le confinement

C'EST DEJA DEMAIN - Confinement, froid, solitude… La France est un peu déprimée en ce moment. Voici quelques innovations pour sortir de ce blues hivernal et s’évader virtuellement, bien au-delà des 20km autorisés.

En ce black Friday et à l’approche des fêtes, mon conseil est clair : investissez –ou offrez pour Noël- dans un casque de réalité virtuelle. C’est l’outil idéal pour sortir de la morosité ambiante. Il en existe à tous les prix, de 10, où l'on son smartphone dedans, à plus de 1000 euros.

Pour se donner une fenêtre d’évasion sur le monde, il existe des tonnes de vidéos sur YouTube, filmées à 360 degrés, spécifiquement pour les casques VR et qui vous transportent dans les plus beaux endroits du monde. Les volcans d’Hawaï le matin, les Galapagos et un petit safari au Kenya et la planète mars pour finir la journée.

Certains avec un guide en visioconférence et puis il y a des applications spécifiquement développées pour ça : le top du top c’est Google Earth VR qui donne la possibilité de regarder autour de soi à 360 degrés, de se perdre dans les rues de Paris ou de Tokyo par exemple.

Ou encore National Geographic explore VR, qui permet de visiter le Machu Picchu ou de naviguer autour d’icebergs en Antarctique comme si vous y étiez. Le gros avantage c’est évidemment le côté immersif: on a vraiment l’impression d’y être, d’avoir l’océan devant soi, on regarde vers le bas on a le sable de la plage et derrière soi un bar à cocktails.

On peut aussi s’en servir pour rêver à ses futures vacances. Depuis quelques années, les voyagistes, les compagnies aériennes utilisent cette techno pour donner un avant-goût à leurs clients : on peut voir les paysages ou visiter l’hôtel ou le camp de vacances où on séjournera -ça évite les déceptions- un peu comme les agents immobiliers pour la visite d’appartement. Ces outils commencent aussi à être utilisés dans certains Ehpad, pour permettre aux résidents de s’évader virtuellement.

On peut même braver l’interdiction d’aller sur les pistes en skiant depuis le confort de son salon

Il ne faut pas avoir peur du ridicule évidemment. Pour le ski en VR, casque sur la tête, tout schuss dans votre salon. Autre option : un simulateur de ski, conçu par une startup française. Ca s’appelle ski fit 360. Ca ressemble un peu aux bornes de jeux vidéo d’arcade. Un écran géant devant lequel est placé un curieux équipement métallique, deux emplacements pour mettre vos pieds, placés sur une sorte de coulisse qui va aller de droite à gauche et de gauche à droite en suivant vos mouvements : en gros vous reproduisez les mouvements que feriez si vous étiez en train de slalomer sur une piste, et à l’écran vous allez voir votre avatar virtuel dévaler la piste.

Le but est bien sûr de prendre toutes les portes et d’arriver le plus vite possible en bas de la piste virtuelle. Ce qui est intéressant c’est que vous allez pouvoir choisir la piste que vous voulez, elles ont été filmées en utilisant une GoPro et donc toutes les subtilités du parcours sont reproduites. Vous allez aussi pouvoir affronter des champions sur un parcours donné. Transformer le sport en jeu vidéo: on s’amuse et donc on ne sent même pas qu’on fait des efforts.

Et si on n’a pas de casque comment on fait ?

On peut aussi s’évader, heureusement, et je pense notamment à ceux qui sont en télétravail en ce moment. Voyager à l’autre bout du monde grâce à un outil qui s’appelle "Window-swap" –échange de fenêtre-, qui va vous permettre de voir par la fenêtre des internautes du monde entier. Vous allez sur le site et vous allez trouver une vue statique de 10 minutes de ce qu’un autre internaute voit par la fenêtre, à l’autre bout du monde. Vous pouvez zapper, de New York à Bali en passant par les Seychelles. Assez réconfortant en ce mois de décembre confiné.

Anthony Morel (avec J.A)