RMC

Des promotions avant une liquidation... des clients de la marque Made.com piégés?

Made.com, une marque en ligne britannique de meubles design, va fermer. Sauf qu'il y a quelques jours, elle a mené une grande campagne de promotion et des clients qui avaient acheté des articles se retrouvent sans rien... Et sans la possibilité de se faire rembourser pour le moment.

Made.com, c’est un peu l’équivalent britannique du géant Suédois IKEA, mais en ligne. La marque existe depuis 10 ans et vend des meubles design. Ou plutôt vendait. Mardi dernier, l’entreprise annonce sur son site qu’elle demande la nomination d’un administrateur judiciaire en vue de sa liquidation.

Sauf que quelques jours plus tôt, la marque lançait des maxi-promos alléchantes, qui ont convaincu des milliers de clients de passer commande. Des clients comme Frank, qui ne verra probablement jamais son canapé à 850 euros.

“La seule communication, c’est la communication automatique qui nous précise que pour l’instant il n’y a pas de possibilité d’annulation de commande, pas de possibilité de remboursement et pas de livraison. Je ne comprends pas l’attitude de Made qui a fait en quelque sorte une quinzaine commerciale avec des promotions dans tous les sens et qui savait dans quelle situation elle était. Donc on se demande s’il n’y a pas un peu de malversation ou quelque chose qui n’est pas clair”, explique-t-il.

Made.com aurait donc délibérément pris des commandes en sachant qu’elle ne pourrait pas les honorer? La marque se savait en grande difficulté. Son action a perdu 99% de sa valeur à la bourse de Londres depuis le début de l’année. Et en septembre, la direction a dit étudier “différentes options stratégiques”.

Et si l'entreprise ne peut pas prouver qu’elle avait suffisamment de stock au moment de lancer ses promotions, elle pourrait être poursuivie en France pour publicité trompeuse ou pratique de prix d’appel. Nous avons demandé des explications à la direction du groupe, qui n’a pas donné suite.

Des produits en stock... mais non livrés

En attendant, les clients lésés s’organisent. Sur Facebook, un groupe de près de 500 consommateurs s’est constitué en l’espace d’une semaine. C’est Kristen qui en est à l’origine et elle ne décolère pas. Dans son cas, le canapé en cuir à 2.000 euros qu’elle a commandé existe bel et bien. Il est en France, dans un entrepôt du transporteur VIR by JP qui travaille avec Made.com. Mais impossible de le récupérer.

“Ils me disent que c’est Made qui leur a demandé de leur renvoyer la marchandise. Made dit que c’est VIR by JP qui refuse de livrer. Tout le monde se renvoie la balle donc j’ai essayé de négocier en disant que j’étais prête à payer la livraison. Je me suis dit que je préfère payer quelques centaines d’euros de plus et avoir l’article que de me retrouver sans rien. Mais ils ne veulent rien savoir”, précise-t-elle.

Le directeur du groupe VIR bt JP explique qu’il est coincé. Il dit avoir été appelé par Made.com une semaine avant la fermeture du site, lui demandant de stopper immédiatement toutes les opérations de livraison. “Ma relation contractuelle est avec Made.com, pas avec les consommateurs. Juridiquement, je ne peux rien faire”, conclut le transporteur.

Nous avons contacté la Fédération du E-commerce qui nous assure suivre le dossier de très près. Elle nous a aussi expliqué que dans un cas similaire, il y a plusieurs années, tout s’était débloqué, notamment les livraisons, dès lors que les administrateurs judiciaires avaient été nommés. Dossier à suivre donc…

Et si vous aussi vous avez passé commande chez Made.com, les associations de consommateurs conseillent de bloquer les paiements directement auprès de votre banque si possible et de solliciter l’assurance de votre carte bancaire, si vous en avez souscrit une.

Amélie Rosique, Joanna Chabas et Elise Denjean