RMC

Droit à l'avortement: "Je suis scandalisée, terrifiée par ce que propose François Fillon"

-

- - AFP

François Fillon s'est déclaré opposé à l'avortement à titre personnel, mais assure qu'il ne reviendra pas sur la loi Veil. De quoi inquiéter tout de même Fatima El Ouasdi, présidente de Politiqu'elles, une association qui œuvre à la promotion des femmes dans la société. Elle s'est en alarmée ce mardi sur RMC.fr.

"Avec Politiqu'elles, on a rencontré toutes les équipes de campagne des candidats de la primaire de la droite, sauf Jean-Frédéric Poisson qui n'a pas voulu nous répondre, afin de comparer leurs campagnes sur le thème de l'égalité femme-homme. J'ai donc pu voir les programmes de Juppé et de Fillon et, en tant que femme, je suis scandalisée, terrifiée par ce que propose François Fillon. Pour moi l'IVG est acquis depuis 1975. On ne peut pas revenir dessus.

Mais quand on voit ce qui s'est passé en Pologne, je me dis qu'on n'est pas à l'abri d'avoir la même chose en France. A partir du moment où la parole contre les femmes se libère, quand un candidat déclare 'Moi je suis contre ça mais je n'interdirai pas'… Qu'est-ce qui me garantit, en tant qu'électeur/trice, français(e) en allant voter à la primaire de la droite et du centre ou en 2017, pour François Fillon je n'ai pas cette volonté politique de restreindre le droit à l'avortement ou de couper les aides aux plannings familiaux? Rien.

"Il n'y a aucune garantie que le droit des femmes ne régressera pas sous François Fillon"

D'autant plus qu'il est revenu sur ses propos puisqu'à l'époque il a quand même dit que l'IVG devait être un droit fondamental. Mais il revient dessus parce qu'il est en train de conquérir un électorat traditionnel. Je pense que l'essence de sa position est religieuse. Elle vient de son lien avec Sens commun, donc la Manif pour tous. Alors qu'on a une crise du politique en France, on se demande à quoi sert vraiment d'avoir tout le temps des politiques qui vont aller dire tout et n'importe quoi afin de glaner tels et tels électeurs.

Je veux encore croire à la parole politique mais si Fillon dit ça, s'il a cette vision-là de l'IVG, c'est qu'il s'engage. Son slogan est 'Le courage de la vérité' donc qu'il ait le courage de dire qu'il est contre l'avortement mais qu'il ne l'interdirait pas. Pourtant, il n'y a aucune garantie que le droit des femmes ne régressera pas sous François Fillon malgré le fait qu'il ait le soutien d'un Comité des femmes et qu'il ait un programme très porté sur la famille et sur les enfants.

"L'IVG doit être inscrite dans la Constitution"

Je ne dis pas que tout est à jeter à la poubelle dans le programme de François Fillon à propos des femmes. Mais je m'alarme parce que, pour moi, ce n'est pas normal qu'en 2017 on continue à parler de l'avortement. Qu'on continue à libérer certaines paroles qui viennent vraiment remettre en cause le droit des femmes et les mettre en danger. Beaucoup de gens pensent que les droits des femmes sont acquis mais quand on voit qu'il y a encore ce genre de propos sur l'IVG, c'est vraiment inquiétant.

Je répète, tout n'est pas à jeter dans son programme. Il y a notamment une partie sur l'égalité femme-homme, sur l'égalité salariale, sur l'égalité en politique, sur les campagnes de sensibilisation pour favoriser l'accès de certains métiers aux jeunes filles… Il y a donc des bonnes idées mais d'autres bien moins bonnes, dont celle sur l'IVG. Et je le dis en tant qu'experte. J'ai fait le tour du monde pour faire des conférences sur le droit des femmes et j'ai un peu tout vu en termes de place de la femme, je ne trouve pas ça normal du tout de voir ce type de propositions en France.

Pour moi, le droit des femmes est un sujet majeur de l'élection présidentielle. C'est quelque chose qui doit réformer par tous les politiques et l'IVG doit être inscrite dans la Constitution afin de ne plus avoir à entendre ce genre de propos rétrogrades, qui nuisent à la liberté des femmes et qui libèrent une parole dangereuse, mettant en danger la vie des femmes".

Propos recueillis par Maxime Ricard