RMC

"Dupin Quotidien": de moins en moins de place dans nos cimetières

A l'occasion de la Toussaint, RMC fait le point sur une situation critique dans certaines communes: la pénurie de concessions.

Certains surnomment le secteur, le "business de la mort". Avec la Toussaint, de nombreux Français vont se rendre au cimetière pour fleurir une tombe. Une tradition qui pourrait devenir de moins en moins fréquente, parce que nos cimetières sont de plus en plus surchargés. 

Certains habitants ne peuvent déjà plus être inhumés dans leur commune. En cause: les concessions perpétuelles. D'après l'Association française d'information funéraire, les communes auraient vendu trop de concessions illimitées.

Que vous vouliez vous faire enterrer ou enterrer un proche, vous devez acheter à la ville une parcelle dans un cimetière, en général 2m2, sur laquelle vous allez pouvoir ériger une tombe ou un caveau. Ces concessions peuvent être temporaires ou durables. Or, aujourd'hui, l'espace manque et il est compliqué de récupérer des caveaux. 

Paris, ses cimetières et ses places manquantes

C'est particulièrement le cas à Paris: un Parisien n'a quasiment aucune chance d'être enterré dans l'un des 14 cimetières intramuros de la capitale. L'an dernier, il y avait seulement 171 places pour plus de 5000 demandes. Surtout, il n'y a pas de liste d'attente à Paris. C'est à dire que si une concession perpétuelle se libère, elle revient au premier arrivé. Et pour l'acheter, il faut débourser près de 16.000 euros... Alors qu'à quelques km de là, à Thiais, dans le Val-de-Marne, par exemple, c'est jusqu'à 4 fois moins cher. 

Contactée par RMC, la mairie de Paris indique avoir mis en vente des concessions temporaires, à 10 ans par exemple, que les parisiens peuvent acheter 800 euros.

Et la crémation?

D'autres communes en France sont touchées par ce phénomène, et certains maires prennent les devants, comme à Séné dans le Morbihan par exemple. L'élu reprend les concessions abandonnées. Il y en a ainsi 33 actuellement. Reste que la procédure est très longue: la concession doit avoir plus de 30 ans, sans inhumation depuis 10 ans et surtout sans ayant-droits. Sans parler du prix: exhumer une tombe coûte entre 700 et 2400 euros aux communes. 

Certaines communes arrêtent simplement de vendre des concessions. D'autres encore empêchent les familles de réserver une tombe à l'avance.

Conséquence: de plus en plus de Français choisissent donc de se faire incinérer. Aujourd'hui cela représente une inhumation sur trois. C'est trois fois plus qu'il y a 20 ans. Mais ça coûte plus cher que de se faire enterrer: 3600 euros en moyenne, soit 8% de plus que l'inhumation, d'après l'UFC-Que Choisir. 

Les associations réclament aujourd'hui de réelles politiques publiques concernant la gestion des cimetières. Puisque le nombre de nos morts devrait augmenter, et atteindre 800 000 en 2020 d'après l'Insee.

Anaïs Bouitcha et X.A