RMC

"Dupin Quotidien": des sites de vente de billets pointés du doigt

Des spectateurs excédés, des professionnels du spectacle en colère: les sites de vente de billets comme Viagogo sont de plus en plus pointés du doigt. Des producteurs de spectacles viennent de porter plainte pour revente illicite de billets.

Aujourd'hui, il existe tout un tas de sites internet pour acheter des places de concert ou pour un match de foot. Mais il y a un site qui est pointé du doigt pour ses méthodes de vente plus que douteuses: Viagogo. Un site désormais visés par une plainte pour revente illicite de billets, qui émane de producteurs de spectacles. 

Ce site, très bien référencé par les moteurs de recherche, ne respecte en réalité pas la loi. La répression des fraudes a d'ailleurs demandé en décembre à l'entreprise de mettre un terme à ses pratiques commerciales trompeuses. Viagogo - mais aussi d'autres comme Safetickets, Live Booker et Rocket Ticker - multiplient les mauvaises pratiques. D'abord, ils utilisent des botnets, des groupes de robots contrôlés à distance et qui vont acheter en masse les billets. Ils dépouillent ainsi les sites officiels de leurs billets. 

Ensuite, ils peuvent faire grimper les prix de façon faramineuse. On trouve des places de concert à 300 euros alors qu'elles en valent initialement... 60. Sauf que le fan qui va acheter le billet ne sait pas combien la place valait au départ. Sans parler de la pression que le site exerce avec des messages comme "Il ne reste plus 10 billets", "Moins de 1% de billets disponibles". Des "fake news" qui poussent les consommateurs à acheter vite sans réfléchir et sans comparer. 

Autre problème : la vente de faux billets

C'est le principal risque de ces sites de vente de billets: les spectacteurs ne reçoivent jamais leur billets, ou alors, ils reçoivent un billet qui a été copié des dizaines de fois qui ne leur permettra pas d'accéder à la salle. Des recours sont toujours possible, mais plus que limités: la société Viagogo est basée en Suisse et dans le Delaware, un paradis fiscal américain.

Les professionnels du spectacle réclament donc l'interdiction des botnets en France, ces robots qui achètent les billets, et le déréférencement de sites comme Viagogo. En attendant. pour éviter les arnaques, évitez les premiers résultats sur les moteurs de recherche et il est nécessaire de consulter en priorité la billeterie officielle...

Marie Dupin