RMC

"Dupin Quotidien": le paiement en espèces fait de la résistance

On utilise de plus en plus notre carte bancaire et les paiements sans contact. Mais l'argent liquide n'a pas dit son dernier mot.

En moyenne, les Français ont dans leurs portefeuilles 42 euros. Bien que l'utilisation des espèces a connu une baisse, elle reste cependant stable, soit de 3% par an, d’après Brinks France.

Le billet et la petite monnaie servent surtout dans l'achat de journal ou du café du matin, bref de l'argent que l'on va surtout dépenser dans les commerces de proximité.

Ainsi, deux tiers des achats réalisés en magasins le sont en espèces lorsqu’il s’agit de petites sommes: 7,50€ en moyenne. Et c’est beaucoup plus quand on va faire ses courses au marché: là, 90% des transactions sont faites en cash.

Certains Français utilisent d'ailleurs plus d’espèces que les autres: les retraités et les ménages à faibles revenus, qui disent moins faire confiance au numérique qu'aux autres ou doivent veiller à leur budget. 

Confiance

Nous sommes rassurés quand nous avons des espèces de côté: même si les paiements par billet devraient diminuer de 20% dans les 5 prochaines années d’après la Monnaie de Paris, c'est le moyen de paiement dans lequel nous avons le plus confiance en cas de crise financière.

La banque européenne n’a d'ailleurs jamais imprimé autant de billets que l’an dernier: 1260 milliards d’euros en circulation contre 800 milliards il y a dix ans. Dont la moitié est gardée précieusement à la maison, comme épargne ou par précaution.

Les Français sont moins inquiets que leurs voisins européens: seuls 15% conservent des espèces sous le matelas. On a beaucoup plus tendance à laisser dormir notre argent sur des comptes qui ne nous rapportent pas grand chose.

Vers de nouveaux distributeurs de billets?

On retire de l’argent deux à trois fois par mois dans des distributeurs automatiques de billets. Il y en a environ 53 000 partout en France, mais leur nombre diminue. D’après le gouvernement, 99% des Français ont encore accès à un DAB facilement. Mais dans les faits, les petites communes rurales subissent de plein fouet la désertification bancaire.

2500 distributeurs ont disparu depuis deux ans, et cela inquiète beaucoup les élus locaux. Surtout avant les élections municipales de mars prochain. Car pouvoir retirer de l’argent dans votre commune signifie faire vivre le commerce de proximité. 

Anaïs Bouitcha avec Xavier Allain