RMC

"Dupin Quotidien": les vacances d'hiver trop chères et trop polluantes

Selon une étude, un vacancier sur quatre a décidé de prendre la direction des stations de ski pendant les vacances d'hiver. Une destination qui coûte chère puisque les vacanciers à la neige dépensent en moyenne 1206 euros. Et selon la Cour des comptes, les offres proposées par ces clubs de vacances pourraient provoquer un "catastrophe écologique".

Les vacances d'hiver sont parmi les plus coûteuses de l'année, mais aussi les plus polluantes. A tel point que les stations de ski viennent de se faire taper sur les doigts par la Cour des comptes qui leur demande de miser davantage sur le développement durable face au réchauffement climatique et au manque de neige. 

Selon la Cour, les stations misent beaucoup trop sur le court-terme. Par exemple, au lieu de se reconvertir, de réinventer leur offre touristique, elles investissent à fond dans les canons à neige. Des canons qui coûtent cher et sont une catastrophe écologique. A Villard-Corrençon, par exemple en 2015, 117.000 mètres-cube d'eau potable ont été utilisés pour produire 292.000 mètres-cubes de neige. 

Ce sont essentiellement des petites communes qui ont en face d'elles les gestionnaires des stations qui sont des entreprises privées. Du coup, les élus locaux ne pèsent pas face aux géants de l'industrie des remontées mécaniques comme la Compagnie des Alpes. En 2011 déjà, la Cour des comptes avait demandé aux communes de se regrouper pour peser davantage, mais elle n'a pas été entendue. Autre problème: les bouchons monstres pour accéder aux stations. Là encore, le rapport dénonce l'absence de réflexion sur les alternatives à la voiture. 

Certaines stations font pourtant des efforts 

Une cinquantaine de stations ont signé la "Charte du développement durable", créée en 2007 par une association de Chambéry. Sauf que cette charte n'impose aucune contrôle et ne fait l'objet d'aucun contrôle indépendant. Du coup, l'association Mountain Riders a lancé un nouvel label le label Flocon Vert avec des critères drastiques à valider. Pour l'instant, cinq stations seulement on décroché le label parmi lesquelles Chamrousse, La station des Rousses (Haut-Jura), la vallée de Chamonix, Châtel ou La Pierre Saint-Martin (dans les Pyrénées).

Mais, évidemment, ça ne sert à rien de choisir une station Flocon Vert... si on y va en voiture. Jusqu'à la moitié des émissions de gaz à effet de serre du tourisme sont liés aux déplacements. Il est donc conseillé d'y aller en train, de louer son matériel plutôt que de l'acheter, de choisir un hébergement qui bénéficie de l'écolabel européen... Et puis, il vaut mieux éviter de faire du hors piste pour protéger la faune. 

Marie Dupin