RMC

Enseignant pédophile en Isère: "L'Education nationale avait les moyens de protéger nos enfants!"

Sept familles d'élèves victimes d'un instituteur, aujourd'hui décédé, ont déposé plainte contre l'Éducation nationale pour "non-assistance à personne en danger et mise en danger de la vie d'autrui", a annoncé mercredi leur avocat. RMC a rencontré l'une des mères de famille.

Quelle est la part de responsabilité de l’Education nationale dans l’affaire de pédophilie de Villefontaine? C’est ce que cherche à savoir les proches de victimes de Romain Farina. 

Cet instituteur en Isère, qui aurait abusé d’au moins 46 enfants jusqu'en 2015, avant de se donner la mort en 2016. Un non-lieu a été ordonné, il n'y aura donc pas de coupable désigné.

"Je vois mon enfant et je pense à ça"

Des familles veulent donc comprendre pourquoi leurs enfants ont été sous le joug d'un instituteur pédophile déjà condamné. L'homme a continué à exercer après une première plainte en 2001 puis une condamnation en 2008 pour des affaires sexuelles.

Avec 6 autres familles, Marie a l’intention de porter plainte contre l’Education nationale pour "non-assistance à personne en danger et mise en danger de la vie d'autrui". L'affaire Romain Farina, Marie y pense tous les jours depuis 4 ans: "Tous les matins, je mets le pied par terre et je pense à ça. Je vois mon enfant et je pense à ça".

"C’est l’ignorance des faits qui est le plus dur à accepter"

En 2009, son fils est victime de l'instituteur pédophile dans l'école primaire des Avenières, au cours des ateliers du goût. Le professeur a pourtant été condamné un an plus tôt, il a déjà été muté à plusieurs reprises et des parents se plaignent de son comportement. Marie ne comprend pas.

"Je veux savoir. C’est important que l’Education nationale puisse nous expliquer comment elle pouvait ignorer tout ce qu’il s’est passé. C’est l’ignorance des faits qui est le plus dur à accepter. Mon intime conviction est que l’Education nationale avait les moyens de protéger nos enfants".

"Sa qualité d’instituteur était connue"

Pour Fabien Rajon, l'avocat de Marie et de 6 autres familles de victimes, il faut faire toute la lumière sur de possibles manquements après les deux signalements en 2001 et 2008.

"Dans le cadre de ces deux affaires, des enquêtes ont été conduites, l’entourage professionnel et personnel de Romain Farina a forcément été entendu. Sa qualité d’instituteur était également connue, quid de la réaction de l’Education nationale. A-t-elle réagi?".

Et une autre victime de Romain Farina a elle déposé plainte contre le parquet de Bourgoin-Jallieu, pour blessures involontaires.

Gwenaël Windrestin (avec Caroline Petit)