RMC

Etudiant immolé à Lyon: "Il n'arrivait pas à s'en sortir", confie un de ses proches

Vendredi après-midi, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne a été grièvement brûlé à Lyon après s'être immolé en pleine rue devant un restaurant universitaire situé dans le 7e arrondissement.

Juste avant de s'immoler, l'étudiant lyonnais a envoyé un SMS à Laëtitia sa petite amie toujours sous le choc. Dans son message, il lui explique que l'université était au courant de sa situation et n'a rien fait.

"On ne réalise pas encore ce qui s'est passé. Il n'avait plus de revenu, plus d'aide. Il a demandé une aide au CROUS, on lui a refusé une aide ponctuelle juste pour payer les frais d'inscription, des bouquins, pour manger. On lui a dit que cette aide était là pour les étudiants vraiment en galère", a raconté Laëtitia.

Militant, comme lui au syndicat Sud-Etudiant, Jean-Baptiste, connaissait ses difficultés financières mais il n'aurait jamais imaginé un passage à l'acte: "On en parlait souvent, il cherchait un emploi, il n'arrivait pas à s'en sortir. Beaucoup de tristesse, de la rage contre ce système qui broie des gens".

Un rassemblement mardi à Lyon

Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons de son geste, mais dans un long message publié sur Facebook et relayé ce samedi par le quotidien Le Progrès, l'étudiant avait évoqué ses difficultés financières et justifié son geste par des revendications politiques, accusant notamment "Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE" de "[l'avoir] tué".

A Lyon, le syndicat appelle à un rassemblement pour dénoncer la précarité étudiante à 10 heures ce mardi. Le jeune homme, brûlé à 90%, se trouve actuellement "entre la vie et la mort" au Centre des brûlés de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon.

Nicolas Ropert (avec P.B.)