RMC

Facultés bloquées: comment vont s'organiser les examens

Alors que le blocage de l'université de Nanterre a été acté par les étudiants mercredi, de nombreuses facultés françaises planchent sur le problème de l'organisation des examens. Chacun tente à sa manière d'assurer leur tenue.

Encore quatre universités sont totalement bloquées ce jeudi matin : à Rennes, Lyon et Paris 8 (Saint-Denis). Une mobilisation qui dure contre la loi orientation et réussite des étudiants. Mercredi, malgré une évacuation il y a trois semaines, les étudiants de la fac de Nanterre ont voté le blocage jusqu'à lundi prochain.

Concernant les modalités d'organisation des examens, en cette année très perturbée dans les facultés, les universités qui sont parfois obligées de prendre des mesures drastiques. Il y a dans un premier temps de nombreuses facultés qui ont repoussé les examens.

Partiels repoussés, rattrapages à la rentrée ?

A Rennes par exemple, les partiels devaient se tenir entre le 30 avril et le 5 mai, ils seront finalement organisés du 17 au 28 mai. A Toulouse ce sera encore plus tard, une session de rattrapage est prévue en septembre. A Nanterre, autre fac très mobilisée, il est envisagé de passer les examens jusque fin juillet.

Et puis il y a les établissements qui ont délocalisé leurs examens, comme à Strasbourg par exemple, à Nantes où le Parc des expositions a été utilisé, ou à Montpellier où certains étudiants ont planché dans des lycées voisins. Et dans certains cas, c'est entourés de CRS que les étudiants ont passé leurs examens.

Examens sur internet ou travaux à réaliser à la maison

Chaque université fait comme elle peut et fait parfois dans la grande improvisation. Et notamment dans les facultés parisiennes, où par endroits, ce sont les professeurs qui décident eux-même des modalités d'évaluation.

Certains élèves de Paris 8, inscrits en sciences politiques ont reçu un document où chaque prof décrit la manière dont il va noter. Pour certains l'oral est remplacé par un écrit fait à la maison. Certains laissent même le choix à l'étudiant entre un travail de recherche de 7 pages ou un commentaire de texte.

En langues étrangères appliquées pour la faculté Paris 3, un devoir de traduction a même été envoyé aux élèves, ils ont deux semaines pour le rendre. Et puis il y a la solution devoir sur Internet, des plateformes sont mis en place, où les étudiants peuvent plancher de chez eux, sur un temps imparti. Ce qui pose beaucoup de questions, sur l'anonymat et surtout sur la valeur de l'examen.

Thomas Chupin (avec J.A.)