RMC

"Fake Call", "Listen Leon", "Cocoworker"... Les applis pour survivre à cette rentrée

ON N'ARRÊTE PAS LE PROGRES - Pour la rentrée au bureau, voici quelques applications qui pourront vous aider, notamment celles qui permettent d'éviter un collègue collant.

Pour beaucoup ce lundi c’est l’heure du retour au bureau. Voici quelques applications essentielles pour une rentrée en toute sérénité. Par exemple, pour se débarrasser d’un collègue un peu trop collant qui veut absolument vous raconter ses vacances, un grand classique de la rentrée. Il va vous tenir la jambe pendant 20 minutes à vous raconter ses vacances –ou à vous demander ce que vous avez fait des vôtres- alors que vous avez mille choses à faire et que le menu détaillé de ses 15 jours dans un mobile home dans le Vercors ne vous intéresse pas plus que ça.

La solution? Simuler un appel téléphonique. Il y a des applications pour ça. Comme Fake Call ou KnockToCall. Le principe : vous avez juste à ouvrir discrètement l’application, et la sonnerie va retentir 5 ou 10 secondes plus tard.

Et vous allez pouvoir prétexter un appel urgent pour vous échapper de la conversation. D’autant que vous pouvez choisir en amont le nom qui s’affiche sur l’écran, donc vous pouvez dire –désolé c’est la baby-sitter ou le patron qui m’appelle- et ce sera effectivement écrit sur l’écran.

Vous pouvez de la même façon recevoir des faux sms préprogrammés – "Alors ce dossier, ça arrive ?"- idéal pour se tirer d’une situation un peu gênante, d’une réunion un peu trop longue. Ca peut être un outil intéressant à avoir dans sa palette d’applications.

Un peu plus bienveillant: une appli qui permet d’envoyer des compliments anonymes aux collègues qu’on aime bien

Le principe est top. Ca s’appelle Listen Leon. On s’inscrit, on sélectionne l’adresse mail d’un collègue. On écrit un petit mot gentil. "Merci pour ta gentillesse au quotidien, tu illumines nos journées". Votre interlocuteur reçoit le message.

On peut ajouter des "points forts" qu’on pioche dans une liste: créatif, altruiste... Mais ne sait pas qui l’a envoyé, tout se fait anonymement, comme ça il n’y a pas de réciprocité attendue, c’est juste une gentillesse gratuite, désintéressée.

L’idée, c’est de permettre aux gens de prendre conscience de leurs points forts, de faire une cartographie de leurs qualités (c’est vrai qu’on fait rarement des compliments en face des gens).

Et ce n’est pas la seule appli dans ce genre. On peut aussi citer Cocoworker, Superlike. Des applis qui connaissent un succès retentissant depuis le début de la crise sanitaire. Car les occasions de croiser ses collègues en vrai se font moins nombreuses.

Vous allez me dire qu'on peut se servir du même outil pour envoyer des messages assassins: "Serge, ta cravate franchement ça brûle la rétine". Sauf qu’un algorithme supprime automatiquement les messages négatifs. Un peu l’inverse des petites piques qu’on balance sur les collègues à la machine à café.

Quand un petit coup de mou, on peut ouvrir l’application pour voir tout ce que les collègues ont dit de sympa sur nous, pour donner un petit coup de boost bienvenu à son ego. Je me suis inscrit, je n’ai toujours pas reçu de compliment, surtout n’hésitez pas.

Et puis pour les mails, mieux que le correcteur d’orthographe, on aura bientôt un correcteur… de politesse

Toujours dans cette optique de rentrée bienveillante. C’est vrai qu’à l’écrit, ce n’est pas toujours facile de trouver la bonne nuance, on peut vite être trop sec ou avoir une formulation maladroite. Pour l’instant c’est encore un prototype, conçu par l’université Carnegie Mellon.

Expérience appuyée par de grands groupes comme Apple, Google et Microsoft. Un outil logiciel qui va lire vos mails et qui va les rendre plus sympas, un peu plus amènes. Se sont basés sur 500.000 emails d’Enron, rendus publics par la justice, que la machine a ingurgité pour essayer de comprendre ce qui faisait qu’un mail était poli.

Au moment où vous vous apprêtez à envoyer le mail, le logiciel va vous proposer des formulations alternatives pour les phrases qui lui semblent un peu trop abruptes. Bonjour et merci si vous les avez oubliés, ça c’est la base.

Mais ça va plus loin que ça, reformuler la demande de votre interlocuteur : "Envoie moi le dossier" se transforme en "Est-ce que tu pourrais m’envoyer le dossier comme on en parlait tout à l’heure s’il te plaît". A la fois pratique et un peu effrayant. J’ai peur qu’on ne tombe rapidement dans les dérives américaines du politiquement correct et de l’inclusivité poussé à l’extrême...

Anthony Morel (avec J.A)