RMC

Familles monoparentales en France: les enfants qui vivent avec leur père sont mieux lotis qu'avec leur mère

"LECHYPRE DU JOUR" - Tous les jours à 6h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

L'Insee vient de nous livrer le portrait des familles françaises. 25% des familles, soit une sur quatre, sont aujourd’hui des familles monoparentales en France. C’est 3% de plus qu’en 2011. Les familles les plus nombreuses restent les familles traditionnelles. La part des familles recomposées reste elle stable à 9%.

Les familles monoparentales sont aussi les plus pauvres : 41% des enfants mineurs qui ne vivent qu’avec un parent vivent en dessous du seuil de pauvreté, c’est deux fois plus que dans une famille traditionnelle. C’est lié au fait que dans un tiers des cas, l’enfant réside avec un parent qui n’a pas d’emploi.

Les enfants qui vivent avec leur père sont mieux lotis que ceux qui vivent avec leur mère 

Ce n’est d’ailleurs pas la situation la plus fréquente puisque seulement 18 % des familles monoparentales sont des pères résidant avec leurs enfants. Ils vivent avec moins d’enfants dans le logement que les mères de famille monoparentale : 1,6 enfants en moyenne, contre 1,8 pour les mères. Ils sont moins souvent en situation de pauvreté. 

22 % des enfants en famille monoparentale avec leur père sont pauvres, proportion proche de la moyenne des enfants, contre 45 % pour les enfants en famille monoparentale avec leur mère.

>> A LIRE AUSSI - "Une famille monoparentale tombe bien plus vite dans la précarité qu'un couple marié"

Pour expliquer cela, il faut regarder les finances. Les pères sont plus souvent propriétaires du logement. La moitié, contre un quart des enfants en famille monoparentale avec leur mère. Ils sont aussi nettement plus souvent en emploi, 81 % contre 67 %, en 2020 et moins fréquemment au chômage 10 % contre 18 % que les mères dans la même situation familiale.

Quand ils sont en emploi, les pères de famille monoparentale sont aussi plus souvent cadres que les mères, 18 % contre 10 %, avec un écart plus marqué que parmi les parents en couple.

Emmanuel Lechypre