RMC

Jacques Chirac: faut-il tenir une minute de silence dans les écoles?

Une minute de silence sera observée cet après-midi à 15 heures dans les 63.600 établissements scolaires du pays. Le gouvernement veut que les enfants rendent hommage à l’ancien président. Mais un syndicat s’indigne et appelle les enseignants à ne pas la respecter…

Le syndicat "Sud-Education" écrit dans un tract que la minute de silence prévue en hommage à Jacques Chirac, décédé jeudi à Paris, est "indécente" et que l'ancien président de la République n’est pas "le personnage sympathique que l’on veut nous présenter".

Il a dit non à la guerre en 2003, mais il restera aussi le premier président condamné par la justice, celui qui a relancé les essais nucléaires ou qui a dérapé en 1991 avec sa petite phrase sur "le bruit et l’odeur". Voilà pourquoi Jules Siran du syndicat appelle les enseignants à ne pas "céder à l’angélisme du moment".

"Parler de la fonction présidentielle on le fait déjà au quotidien dans les programmes. Il y a le problème de fond, ça ne colle pas avec la liberté pédagogique que l'on défend. Ce n'est pas notre rôle de relayer la communication gouvernementale. Nous on appelle les personnels à ne pas y participer"

"Je suis scandalisé de voir que certains de mes collègues trahissent leur profession"

Les écoles étaient fermées pour les obsèques de Charles De Gaulle et George Pompidou. Ce n’était pas le cas pour la mort de François Mitterrand, mais une minute de silence avait été observé par les enfants. On est dans le domaine du "symbolique" avec des élèves qui n’ont pas vraiment connu Jacques Chirac explique le Syndicat National des Ecoles. Et il est important de leur transmettre les "valeurs républicaines" assure Alexandre Gonzalez, directeur d’une maternelle dans les Hauts-de-Seine.

"Je suis scandalisé de voir que certains de mes collègues trahissent leur profession. Quand on est enseignement on a le devoir de transmettre les valeurs républicaines. C'est un prétexte pour évoquer l'histoire des Présidents. Il fait partie de l'histoire et c'est notre rôle d'apprendre l’histoire de notre pays à nos élèves"

La dernière minute de silence à l’école remonte aux attentats du 13 novembre. Ce lundi, les enseignants sont invités à évoquer Jacques Chirac en salle de classe, avec tout un tas de documents mis en ligne par le ministère de l'éducation, comme le discours du Vel-d’hiv en 1995 ou l’appel pour le climat en 2005.

Quentin Vinet (avec J.A.)