RMC

Lycée vétuste d'Aulnay: Valérie Pécresse annonce des travaux "immédiats" et tacle "la gauche"

Valérie Pécresse le 13 décembre au lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois

Valérie Pécresse le 13 décembre au lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois - Nicolas Traino RMC

Le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse ont visité ce mardi le lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) après les images révélées lundi par RMC faisant état de conditions de travail indignes.

Chauffage souvent en panne, coupures d'électricité... Les conditions de travail "intolérables" - comme l'a qualifié le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye - de certains élèves et professeurs du lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois ont été mises en lumières lundi par RMC. Des images qui ont indigné de nombreuses personnes et reçu un écho dans la classe politique.

A tel point que le ministre Pap Ndiaye a ainsi tenu à immédiatement visiter les lieux en compagnie de la présidente de région Valérie Pécresse ce mardi. Durant cette journée, ils ont tous deux été interpellés par les enseignants. L'une d'entre-elles regrette: "Il faut se transformer en lanceur d’alerte pour vous faire venir sur place".

"On ne vous intéresse pas ? On ne fait pas partie de l’élite parce qu’on fait partie du 93? On se sent délaissé alors qu’on a tout pour réussir", a lancé de son côté un élève, alors que d'autres enseignants ont scandé "rupture d'égalité" en marge de la réunion.

"On est intervenus tout de suite pour le chauffage", assure Valérie Pécresse

Beaucoup pointent en effet du doigt la responsabilité de la région Île-de-France, en charge de l'état des lycées dans l'académie de Créteil (77-93-94) où se situe l'établissement.

Valérie Pécresse a tenté de s'en défendre au travers de diverses petites phrases glissées lors de la visite de ce mardi, à laquelle nous avons assisté. L'ancienne candidate à la présidentielle a estimé, lors de la visite du gymnase, que les médias ne montraient pas les images positives de cet établissement.

Les "bouchées doubles seront mises sur le chauffage"

Pap Ndiaye et Valérie Pécresse ont en effet trouvé l'état du bâtiment A "choquant", notamment sur l'entretien des sanitaires.

La présidente de la région a donc profité de cette visite pour faire des annonces concrètes. Des travaux "immédiats" concernant le chauffage et les toilettes ont été actés et seront entrepris pendant les vacances de Noël, ainsi que des petits travaux sur les fenêtres cassées.

"On a fait une intervention d'urgence sur le chauffage car il n'est pas question pour la région de laisser le moindre lycéen, professeur ou agent dans un lycée qui n'est pas chauffé", promet-t-elle, assurant que les "bouchées doubles" seront mises sur la réparation des sanitaires.

"C'est la honte de la gauche"

Valérie Pécresse a aussi adressé quelques tacles politiques en guise de contre-attaque. Elle impute l'état de vétusté des lycées de la région Île-de-France également à son prédécesseur socialiste Jean-Paul Huchon, président de 1998 à 2015.

"C'est la honte de la gauche (...) J'ai récupéré 200 lycées en état de vétusté absolue et les rénover, ça va me prendre 2 mandats. On a mis 6 milliards d'euros sur la table, aujourd'hui on gère 50 chantiers", avance-t-elle, concédant qu'on ne "peut pas accepter" que pendant les travaux certains bâtiments soient laissés dans l'état que l'on a pu voir.

"Je ne laisserai pas dire que la Seine-Saint-Denis est un parent oublié car c'est le département le plus aidé de la région", a-t-elle également lancé devant la presse. Elle promet également qu'elle reviendra suivre l'avancée des travaux à la rentrée prochaine, sans les caméras cette fois-ci.

J.A. avec Nicolas Traino