RMC

Conditions vétustes au lycée d'Aulnay: le ministre de l'Éducation sur place ce mardi

Après les révélations de RMC lundi sur l’état de délabrement avancé de certains bâtiments du lycée Voillaume dans la commune d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), dans lequel les étudiants continuaient d’avoir cours malgré une température frôlant les 14 degrés et des coupures d'électricité notamment, le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, est attendu sur place ce mardi.

Lundi 12 décembre, RMC révélait les conditions aberrantes dans lesquelles les élèves du lycée Voillaume d’Aulnay-sous-Bois devaient étudier. Sans chauffage et parfois même sans électricité, avec des vitres qui ne se ferment plus, mais aussi une température avoisinant les 14 degrés dans des salles de classe… Ce sont pas moins de 2.400 élèves et professeurs qui subissent ces conditions épouvantables de travail dans cet établissement de Seine-Saint-Denis.

Dans la journée de lundi, la médiatisation de cette situation choquante n’a pas manqué de faire réagir, et a aussi permis de commencer à faire bouger les lignes, en partie du moins.

Tandis que le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, doit se rendre au lycée Voillaume ce mardi après-midi à 14h30, plusieurs élèves ont remarqué lundi que quelques murs et plafonds ont déjà commencé à être colmatés.

Aussi, la région Île-de-France assure qu'une société de maintenance s'est rendue dans l’établissement scolaire pour diagnostiquer les problèmes de chauffage. 

D’ailleurs, la présidente de la région, Valérie Pécresse, a été interpellée par l’opposition lundi en séance du conseil régional. "S’il y a une honte, elle est largement partagée" a rétorqué Valérie Pécresse, qui indique que d'importants travaux de rénovation sont en cours. 

Une rénovation terminée... en 2028?

Selon le conseil régional, 53 millions d’euros ont déjà été dépensés pour rénover les bâtiments B, C, D, ainsi que l’entrée de l’établissement mais aussi pour créer un internat en 2017. Les bâtiments B, C et D seront livrés au printemps 2023 et les bâtiments A, G, F et E bénéficieront d’une future opération d’ici à 2028.

Du côté du corps enseignant, la colère est évidemment prépondérante dans les propos recueillis. "Il a fallu un vrai choc médiatique pour que, tout à coup, toutes ces belles personnes arrivent comme un seul homme" explique Boubeka Mehdaoui, enseignant en génie électrique au lycée Voillaume.

Il reste sceptique face à une avancée rapide des travaux de rénovation. "Avec tout ce qu’il y a à faire, ça ne sera jamais rapide. On a déjà dépassé le stade de l’urgence", se désole-t-il.

Ce que les enseignants vont demander aux politiques

Selon nos informations, les enseignants vont interpeller le ministre de l'Education et la présidente de la région sur plusieurs points :

-Leur situation n'est que le symptôme d'un service public

-Les améliorations faute par la région en dehors du bâtiment vétuste ne sont pas satisfaisantes.

-Une demande de moyens humains

-Une demande de réponses claires sur la vétusté du bâtiment A

Selon le calendrier communiqué par la région le batiment le plus vétuste doit être rénové d'ici 2028.

"Qu'est-ce qu'on fait en attendant? Cette abnégation dont nous faisons preuve, les élèves et les collègues, démontre qu'il y a des vraies possibilités, il y a des talents ici. Donnez leur de la lumière, donnez leur une température dans laquelle ils peuvent travailler correctement", estime Boubeka Mehdaoui.

En attendant, ce matin, les professeurs se réunissent en assemblée générale pour faire un point sur les problèmes du lycée et l’historique précis, avant la visite du ministre qu'ils aimeraient rencontrer.

Maryline Ottman (avec Alexis Lalemant)