RMC

"On leur apprend le travail et on essaye de les former à la méthode de l’entreprise": pourquoi l'apprentissage a la cote en France?

Fin juin 2019 plus de 458 000 jeunes étaient en apprentissage, un chiffre en hausse de 8.4% par rapport à juin 2018, un record selon la ministre du Travail, Murielle Pénicaud.

Longtemps perçu comme voie de garage, l'apprentissage, cette formation qui alterne école et entreprise, séduit de plus en plus. Sachant que dans 69% des cas, l'apprenti trouve un emploi dans les 7 mois qui suit la sortie de formation. L'apprentissage qui fait partie de l'ADN de l'entreprise ECP, à Fontenay-sous-Bois.

Penchés sur les plans d’un chantier, le président de l’entreprise, un ancien apprenti récemment embauché, et Medhi actuellement en alternance. Pour ce jeune homme de 25 ans, l’apprentissage est le meilleur moyen d’entrer dans la vie active.

"D’avoir une expérience sur le terrain, ça conforte ce qu’on apprend à l’école. Et puis pour plus tard, une fois qu’on arrive en entreprise, pour qu’on ne soit pas perdu. Ça responsabilise, du coup, on essaye de faire les choses bien. Si on se donne les moyens, il y a forcément de bons retours", affirme Mehdi. 

Plus facile de trouver du travail

Le meilleur des retours reste le CDI, ici 25% des jeunes en alternance sont embauchés. Une trajectoire logique pour Bertrand Fert ancien apprentis dans l’entreprise générale de bâtiment ECP, il en est aujourd’hui le président.

"Un apprenti l’intérêt, c’est déjà qu’on le forme. On leur apprend le travail et on essaye de les former à la méthode de l’entreprise. Donc aujourd’hui ça serait dommage de former un apprenti et de les laisser partir à la concurrence", explique-t-il. 

Selon l’Institut supérieur des métiers actuellement 69% des apprentis décrochent un emploi dans les 7 mois suivant leur formation.

Margaux Bédé avec Guillaume Descours