RMC

"On veut éviter la rencontre avec des contenus inappropriés": un projet de loi veut renforcer le contrôle parental

Une proposition de loi veut démocratiser le contrôle parental sur les objets connectés, en le rendant gratuit et le proposant sur tous les téléphones, ordinateurs ou montres connectées.

Mieux protéger les mineurs sur Internet. C'est l'objectif d'une proposition de loi qui arrive ce mardi à l'Assemblée et qui vise à renforcer le contrôle parental. Si le texte est adopté, les parents pourront choisir après l'achat d'un appareil électronique, d'activer ou non ce dispositif installé par défaut, alors que seuls 46% d'entre eux en utilisent un selon une étude de l'Ifop pour la Cnil, la Commission nationale de l'informatique et des libertés.

Aujourd'hui, si des parents souhaitent mettre en place un contrôle parental, ils doivent eux-mêmes aller le chercher dans les paramètres du téléphone de leur enfant, voire parfois télécharger une application payante.

Avec cette loi, la démarche sera plus simple. Au moment d'allumer un nouvel appareil, un téléphone, une tablette ou une console de jeux, un message apparaîtra pour proposer d'activer ou non un contrôle parental gratuit. Les parents pourrons alors créer un mot de passe et restreindre l'accès aux sites violents et pornographiques. Et sans ce mot de passe, il sera impossible de désactiver le contrôle parental.

>> Tous les podcasts RMC

"Pas dans une optique moraliste"

L'objectif de la loi est double: d'abord inciter les parents à protéger leurs enfants et ensuite, les alerter sur les images qui circulent en ligne. "Un petit pas qui va dans le bon sens", estime l'association e-Enfance qui rappelle qu'à 12 ans, un jeune sur trois a déjà été exposé à du contenu pornographique en ligne.

"C'est pour éviter la rencontre accidentelle avec des contenus inappropriés pour les enfants: on pense à l’ultra-violence, au harcèlement et à la pornographie. C’est de cela dont on cherche à protéger nos enfants aujourd’hui, non pas dans une optique moraliste mais pour aider les parents à mieux manipuler les outils technologiques dans les mains de nos enfants", détaille à RMC Bruno Studer, député LREM du Bas-Rhin, à l'origine de la proposition de loi.

Sont concernés par le projet de loi les ordinateurs, smartphones, tablettes, télévisions, montres connectées, consoles de jeu vidéo, mais pas les box des opérateurs télécoms et la domotique.

>> A LIRE AUSSI - Marseille: une ado, séquestrée et violée, libérée après avoir été localisée sur Snapchat

Anne-Lyvia Tollinchi (avec Guillaume Dussourt)