RMC

Présidentielle: huit jeunes sur dix prêts à voter, un sur deux "certain" de glisser un bulletin dans l'urne

Si une grande majorité des jeunes se disent prêts à se déplacer pour voter pour cette présidentielle à venir, 57% d'entre eux estiment que leurs préoccupations ne sont pas prises en compte dans cette campagne.

C’est un sondage dont le résultat pourrait étonner. Dans une perception globale négative du paysage et des institutions politiques, huit jeunes sur dix sont prêts à se déplacer aux urnes selon les résultats, dévoilés mardi, d'une enquête de la FAGE menée par IPSOS.

"Huit jeunes sur dix sont prêts à se déplacer aux urnes" mais seulement "un sur deux est certain d'aller voter", a alerté Étienne Mercier, directeur du service d'opinion d'IPSOS, lors d'une conférence de presse sur l'enquête réalisée en janvier "Les jeunes et l'élection présidentielle". “Ils attendent une mise en conformité de leurs priorités avec les programmes des candidats", a-t-il ajouté.

L'enquête révèle que parmi un échantillon de plus de 2000 jeunes âgés de 18 à 30 ans, 84% des étudiants, 83% des jeunes actifs et 71% des jeunes à la recherche d'un emploi comptent aller voter, mais que seulement 49% sont certains de se déplacer.

"La jeunesse est l'un des publics qui souffre le plus", qui "est très précaire", a mis en garde Paul Mayaux, président de la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), notamment du côté du "public estudiantin".

>> A LIRE AUSSI - Election présidentielle 2022: pourquoi cette campagne suscite très peu d'intérêt

Des préoccupations oubliées par les politiques

Du fait de cette "précarité, elle a des priorités et préoccupations qui émergent en période de campagne électorale, qui lui sont propres", a-t-il relevé, mettant notamment en avant que la jeunesse d'aujourd'hui est fragilisée par la crise sanitaire et économique. Avec comme préoccupations prioritaires: le pouvoir d'achat, l'environnement et les inégalités sociales.

Sur ces thématiques, mais également beaucoup d'autres, l'enquête révèle que plus d'un jeune sur deux (57%) estime que ses préoccupations ne sont pas prises en compte dans la campagne présidentielle. 78% des jeunes ne font pas confiance aux partis politiques.

La jeunesse "ne se sent pas du tout écoutée, les sujets qui inquiètent les jeunes ne sont pas du tout présents dans la campagne, les politiques ne se préoccupent pas assez de ce que pense leur génération", a martelé Etienne Mercier. C'est l'avis que partage Ana Boukhitine, 23 ans, présente à la conférence. "Mais surtout, la manière dont on s'adresse à nous n'est pas la bonne", raconte l'étudiante. 

"Le discours de nos politiques, il est assez flou pour nous", admet de son côté Daniel Gualotuna, 26 ans, libraire, aussi venu partager ses préoccupations. "J'aimerais beaucoup plus qu'on parle de solutions concrètes", souhaite Enzo Gallet, 21 ans. Pour cet étudiant en droit, "la catastrophe est à nos portes", et c'est "ma principale motivation pour aller voter".

La rédaction avec AFP