RMC

Réforme des retraites: "Le choix de jeter des manuels, c’est contre productif", assure Fatima Aït Bounoua

Comme on pu le faire avocat, médecin ou pompier avec leurs uniformes, les enseignants ont jeté et déchiré des manuels scolaires pour protester contre la réforme des retraites.

Après les manifestations, les blocages, certaines professions ont choisi une autre manière de protester contre la réforme des retraites : le jet de l’uniforme ou de l’outil de travail. C’est effectivement le cas pour le personnel soignant. Il y a quelques jours, une vidéo tournée à l’hôpital de Saint-Louis à Paris, a montré les soignants jetant leurs blouses blanches devant le directeur de l’établissement venu leur présenter ses vœux. 

Le geste est devenu une forme de contestation et a notamment été repris par les avocats. Ces derniers ont lancé leurs robes dans plusieurs villes en France. Pour les enseignants, qui n’ont pas d’uniforme distinctif, ce sont des manuels scolaires qui ont été jetés à Clermont-Ferrand ou devant la Sorbonne à Paris. 

"Une erreur" ?

Pour Fatima Aït Bounoua, le choix du jet du manuel n’est pas judicieux. 

"Le choix de jeter des manuels, même si ceux-ci sont obsolètes, c’est contre productif. Autant je trouve ça fort et judicieux d’utiliser des symboles comme pour l’opéra de Paris où ils ont dansé en tutu ou le médecin ou l’avocat qui jette sa blouse, parce que ça a du sens, il y a une image forte. Mais pour le professeur, jeter les manuels scolaires, je pense que c’est une erreur. À la fin ça va faire polémique sur le livre et on ne retiendra pas le sujet", affirme la professeure de Français. 
Guillaume Descours