RMC

Rentrée scolaire: la grogne des "stylos rouges" ne faiblit pas

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer doit rencontrer ce lundi des syndicats d'enseignants. Certains professeurs sont plus déterminés que jamais à faire entendre leurs doléances au ministre pour cette rentrée 2019.

À une semaine de la rentrée, les stylos rouges se préparent à agiter la rentrée. Après la mobilisation durant la période du baccalauréat d’enseignants mécontents de la politique éducative - de la réforme du lycée, notamment - du ministre Jean-Michel Blanquer, le collectif des "stylos rouges" poursuit son mouvement de protestation, alors que les syndicats enseignants sont reçus aujourd'hui par le Ministre de l'Education Nationale.

"On est là et on a encore plein d'encre dans nos stylos, ça n'est pas fini", dénonce Julie, professeur des écoles qui après 15 ans de carrière voit son salaire plafonner à 1950 euros bruts par mois tandis que son métier lui demande toujours plus d'investissement.

"Entre les cartouches d'encre que j'achète, les feuilles etc, je dépense à peu près entre 100 et 150 euros par mois pour ma classe. Je fais attention à tout, c'est très difficile", explique-t-elle.

Des préavis de grève déposés

À côté d'elle, Océane, professeur d'histoire et de français à Troyes est remontée. Et les vacances n'ont rien changé: "Il y a plus de 300 écoles qui ont fermées cet été alors qu'il y avait eu des annonces disant qu'il n'y aurait pas de fermetures. On a des collègues qui ont appris cet été qu'il y avait des fermetures de classes voire d'écoles", explique-t-elle.

Des signes qui poussent les syndicats à réagir: "On est toujours bien loin d'une véritable écoute. On a déposé des préavis de grève et on sait qu'il y aura du mouvement dans les établissements", prévient Frédérique Rolet secrétaire générale du syndicat enseignant SNES FSU.

Ces préavis de grève devraient permettre de couvrir les professeurs qui souhaiterait faire grève dès la semaine de la rentrée.

Alfred Aurenche (avec G.D.)