RMC

Retour du redoublement à l'école: "On a toujours démontré que ça ne servait pas à grand-chose"

Dans un projet de décret, le ministère de l'Education nationale propose d'autoriser à nouveau le redoublement, rendu quasi inusité par le gouvernement précédent. Le redoublement "reste exceptionnel" précise le ministère mais il serait "à nouveau possible" dès 2018. Une décision déjà controversée.

Si le ministère de l'Éducation nationale affirme que "le redoublement doit rester exceptionnel" en préambule de son décret, il est "temps de le rendre à nouveau possible et ce, dans l'intérêt de l'enfant". Mais le ministère veut prendre les devants. Ainsi, à la fin du premier trimestre, le conseil de classe pourra identifier les élèves en situation de décrochage scolaire et leur proposer, en discussion avec les parents, un accompagnement spécialisé sous la forme d'un suivi des devoirs, d'un tutorat ou de stages de renforcement.

Si à la fin de l'année les résultats de l'élève ne se sont pas améliorés, le chef d'établissement, en concertation avec les professeurs, pourra décider d'un redoublement, sans entendre les parents. Une décision qui ne satisfait pas les syndicats des parents d'élèves.

"Si un élève a des difficultés, il faut lui proposer un accompagnement"

"On a toujours démontré que le redoublement ne servait pas à grand-chose par rapport aux élèves. Si un élève a des difficultés, il faut l'aider mais pas en le faisant redoubler, il faut lui proposer un accompagnement individualisé. Je pense notamment à ceux qui ont des problèmes en français ou en maths et qui sont les plus en lumières. Ce n'est pas le faire redoubler pour lui refaire l'année qui va l'aider, c'est au contraire le laisser continuer sa scolarité en l'accompagnant pour qu'il récupère les lacunes", explique Rodrigo Arenas, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves de Seine-Saint-Denis (FCPE).

"Jean-Michel Blanquer est un adepte des faux débats"

Pour Jean-Rémi Girard, vice-président du SNALC, le syndicat des professeurs du secondaire, le redoublement est efficace dans deux cas: "Le premier dans les cas d'élèves dont on considère qu'ils manquent de maturité, qu'ils ont besoin de grandir". Le second cas "quand des difficultés commencent à apparaître avant qu'elles ne se soient trop durablement installées", explique-t-il.

Le système mis en place sous le quinquennat de François Hollande "n'a pas provoqué une chute massive du niveau de ces élèves et du système éducatif. Jean-Michel Blanquer est un adepte des faux débats, ce n'est là que le nouveau faux débat du moment", assure Colombe Brossel, secrétaire nationale à l'éducation au sein du Parti socialiste.

Pour l'instant, le projet de réforme a été prévu à moyens constants, sans augmentation de budget.

Romain Poisot (avec G.D.)