RMC

Souffrance des étudiants infirmiers: "A la fin, on est presque à la place du patient"

Selon une étude de la Fnési (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers) parue ce dimanche, les étudiants infirmiers sont en souffrance. Et la situation s'aggrave avec les années.

Stress, épuisement, troubles du sommeil, la santé des étudiants infirmiers est critique. Selon une étude de la Fnési, la moitié d'entre eux estiment que leur état de santé s'est aggravé à cause de leurs études. Autres chiffres marquants: un tiers des étudiants est sujet à des crises d'angoisse, 7% ont des idées suicidaires et 20% des étudiants consomment des anxiolytiques.

Maxime n'attend qu'une chose: souffler, enfin, après sa troisième et dernière année d'école d'infirmier: "C'est compliqué en tant qu'étudiant d'être nous-mêmes en détresse, de se dire qu'au bout, on est presque à la place du patient, ça ne permet pas de se dire tous les matins, 'cool, je vais apprendre plein de choses', non".

Dès le début de sa formation, sa santé se dégrade: "Je me levais à 4 heures pour partir en stage, je rentrais vers 22 heures, donc quand on rentre et qu'on n'a pas mangé, qu'on a des devoirs à faire pour le stage, ce sont des choses qui sont un peu compliquées".

"Je me suis retrouvée à perdre beaucoup de poids"

S'y ajoute le harcèlement qui concerne plus d'un tiers de ces jeunes pendant les stages. C'est le cas de Justine, étudiante en 3ème année, victime de harcèlement moral lors d'un de ses stages: "On a beau faire tous les efforts du monde, on ne se sent pas à la hauteur parce que dans nos têtes il y a la phrase 'tu ne seras jamais un bon soignant, tu devrais arrêter' qui résonne, c'est compliqué. Je me suis retrouvée à perdre beaucoup de poids, à avoir des crises d'angoisse, des grosses douleurs aux lombaires et des crampes d'estomac. Si j'avais à refaire ma formation, je ne la referais pas alors que le métier est vraiment fantastique".

Une situation très inquiétante pour Clément Gautier, président de la fédération nationale des étudiants infirmiers: "Ce qu'on a le plus recensé, ce sont des maltraitances psychologiques, des problèmes en lien avec les équipes soignantes. Il y a souvent un stage qui se passe mal dans notre formation, soit parce qu'on se sent mal dans le service soit parce qu'on n'arrive pas à s'adapter à l'équipe ou à l'environnement de travail".

La Fédération demande un meilleur accompagnement des étudiants stagiaires et plus de formations sur les risques psycho-sociaux à l'école.

Nicolas Traino (avec P.B.)