RMC

La rénovation des toilettes dans les écoles doit être "prioritaire" selon la Défenseure des droits

Claire Hédon, Défenseure des droits, estime sur RMC que pour la "protection de l'intimité" des jeunes, la question des toilettes doit être abordée par les collectivités territoriales. Le dernier rapport de son institution estime que la question de la rénovation est "prioritaire".

"On a le droit d'avoir une porte aux toilettes". Cela peut sembler anecdotique, mais les enfants ont aussi des droits élémentaires. Claire Hédon, Défenseur des droits, était l'invitée de RMC ce jeudi matin et a présenté les grandes lignes du dernier rapport de son institution sur la protection de l'enfance, axé sur la vie privée.

Si la dangerosité des réseaux sociaux est la principale menace soulignée dans le rapport, une recommandation étonnante sur la vie privée des jeunes est également abordée: l'accès aux toilettes à l'école qui fait débat depuis plusieurs années.

Le rapport demande à ce que ce soit rendu "prioritaire", pour les collectivités territoriales en charge du financement des établissements scolaires (communes, départements, régions), la rénovation des toilettes dans les établissements scolaires, et mieux penser les espaces d’intimité des enfants en fonction de leur âge.

"Certains ne veulent pas aller aux toilettes à l'école, car ils ne peuvent pas s'isoler"

"L'enfant peut juste avoir envie de ne pas aller aux toilettes devant tout le monde. C'est une vraie question, même si elle est basique. Si vous interrogez les enfants, certains ne veulent pas aller aux toilettes à l'école, car ils ne peuvent pas s'isoler, car c'est au regard de tout le monde", illustre Claire Hédon sur RMC.

La Défenseure des droits estime qu'il faut repenser le 'bâti', restaurer l'ensemble des toilettes. "La protection de l'intimité permet de se construire. On l'entend très bien chez les adultes donc on l'entend aussi chez les enfants", juge-t-elle.

La possibilité de verrouiller la porte des toilettes, des douches ou d’un vestiaire, est ainsi une condition de la "préservation de l’intimité corporelle de l’enfant au quotidien", selon le rapport.

J.A.