RMC

Une centaine d'entreprises s'engagent à en allonger d'un mois la durée du congé parental pour le second parent

Limité à 11 jours, bien loin des standards européens, le congé paternité est désormais d'un mois dans une centaine d'entreprises.

Cent-cinq dirigeants d'entreprises ont lancé un appel et se sont engagés mercredi à mettre en place un congé pour le second parent, rémunéré à 100% et d'une durée minimale d'un mois: "La France parce qu'elle reste attachée, dans sa législation sociale, à une division sexuée, est en retard sur la question du congé parental", expliquent les signataires.

Et dans six petits mois, Benjamin sera papa pour la première fois. Salarié chez BlablaCar pour l'instant, il n'avait le droit qu'à 11 jours de congé paternité: "Ce n’est pas beaucoup et j’ai envisagé des congés sans solde pour profiter de l’arrivée de cet enfant", explique-t-il au micro de RMC.

"Un meilleur équilibre professionnel"

Mais depuis mercredi, son entreprise a signé l'appel proposant au minimum un mois de congé, rémunéré à 100%. Benjamin est ravi, mais ne sait pas totalement comment il va occuper ce mois: "Je pense que c’est un changement de vie assez important, mais on va avoir le temps de se poser et de réfléchir à ce qu’on veut faire plutôt que de se dire qu’on a uniquement 11 jours. Ça permet à tout le monde de profiter d’un enfant et d’aider le conjoint à gérer ça plus facilement", ajoute le futur papa.

Et c'était finalement une évidence de prendre cet engagement pour Audrey Wolfovski, directrice France de BlablaCar: "Ça aura pour conséquence un meilleur équilibre professionnel. On est une entreprise dont la moyenne d’âge est de 32 ans et on est confronté au quotidien à l’arrivée d’enfants qui bouleverse le cadre familial et professionnel de nos collaborateurs", explique-t-elle.

Et les entreprises qui se sont engagée incite toutes les autres à faire de même, pour qu'au final, la loi s'adapte à un fonctionnement qui se sera généralisé.

Thomas Chupin (avec Guillaume Dussourt)